Affaire Luc Besson : où en est l'enquête pour "viol" visant le réalisateur ?

Pierre Vaugeois
Janvier 9, 2019

Pour BFM-TV, elle revient notamment sur une soirée passée dans une chambre de l'hôtel parisien du Bristol, lors de laquelle elle décrit une relation violente et non consentie, qui l'avait convaincu de porter plainte. J'ai dit: "Arrête, tu me fais mal".

"J'ai dit: 'Arrête, tu me fais mal'".

"Pour moi, il était sadique", lance-t-elle, avant de détailler commet elle a réagi. Elle accuse le réalisateur de Léon de "sadisme": "Il savait que ça faisait mal, il a vu que je pleurais, ajoute-t-elle".

L'actrice belgo-néerlandaise Sand Van Roy a accusé Luc Besson de l'avoir sexuellement agressée. Parmi elles figure, Amandine* une ancienne directrice de casting, qui a travaillé avec Luc Besson entre 2002 et 2005, et dénonce des "agressions sexuelles " dans un courrier adressé en juillet au procureur de la République de Paris, avant d'être entendue le 13 septembre par les enquêteurs. "L'actrice de 30 ans, qui accuse le réalisateur Luc Besson, 59 ans, de viol a raconté son histoire à BFMTV".

Sand Van Roy a porté plainte le lendemain des faits et les urgences médico-légales ont constaté des marques dans le dos et une ecchymose à l'œil.

Huit autres femmes ont également mis en cause le cinéaste. Ce à quoi Me Thierry Marembert, l'avocat du cinéaste, rétorque dans un communiqué: "Entendu à sa demande, Luc Besson a réfuté l'intégralité des accusations formulées par madame Van Roy dans le cadre de la relation qu'ils ont entretenue pendant deux ans". Et d'ajouter: " Comme tout justiciable, monsieur Besson est présumé innocent. Il a enfoui son visage dans mes cheveux, et à ce moment-là, je me suis vraiment dit 'heureusement que mon stage se termine', parce que la fois d'après, je ne sais pas quel palier il aurait franchi. L'une de ces accusatrices, une étudiante en cinéma, qui avait été recrutée comme stagiaire auprès du réalisateur, a témoigné dos tourné, voix déformée, dans ce même reportage sur BFMTV.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL