Cinéma : Corinne Masiero met en lumière les femmes SDF dans "Les Invisibles"

Pierre Vaugeois
Janvier 11, 2019

Film un peu hybride, "Les invisibles " mélange des actrices et des femmes qui ne jouent rien d'autre que ce qu'elles sont.

Louis-Julien Petit ne se lasse pas de filmer la " France d'en bas " et ses petits soldats en guerre contre l'inacceptable.

Ces invisibles, ce sont les femmes de la rue, évoquées précédemment par Claire Lajeunie dans un livre, " Sur la route des invisibles ", et un documentaire, " Femmes invisibles, survivre dans la rue ", matières premières à la fiction de Louis-Julien Petit. Malheureusement, le centre doit fermer ses portes. Pour le sauver, les assistantes sociales vont tout tenter, y compris ce qui n'est pas très légal. Il en ressort un réalisme parfois dur, atténué par une drôlerie constante dans les échanges entre les actrices pros (Audrey Lamy, Corinne Masiero, Noémie Lvovsky) et celles privées réellement de domicile.

Sil recourt volontiers à la comédie de caractère réaliste et aigre-douce prisée par Paul Laverty (en manifestant une nette prédominance pour les figures féminines), Petit a encore du mal à saffranchir de la double influence du scénariste de Loach et dun "cinéma à gags" plus classique avec ses récurrences, sa construction dramatique et ses effets attendus.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL