Deschamps assure que les champions du monde ne sont pas favorisés — Bleus

Pierre Vaugeois
Janvier 10, 2019

Une nouvelle tendance qui bluffe le sélectionneur Didier Deschamps.

Didier Deschamps l'assure, les mentalités ont bien changé en 20 ans. Je me tiens à une certaine logique: la mienne. Des joueurs comme Benjamin Pavard, Adil Rami, Djibril Sidibé ou Steve Mandanda n'ont clairement pas le vent en poupe en raison de leurs performances récentes, et le sélectionneur national a tenu à mettre les choses au clair. Cela veut dire que la porte est ouverte. "Je n'accorde pas un crédit illimité aux champions du monde, poursuit-il". Je ne suis pas là pour faire plaisir. C'est juste un indicateur. On avait quand même beaucoup de joueurs qui n'avaient connu ni Championnat d'Europe ni Coupe du monde, alors que l'expérience est un élément primordial. Le joueur qui arrive en équipe de France doit être encore plus performant. Toutes proportions gardées, quand on devient international, c'est pareil. "Il faut assumer puis confirmer", a demandé un Didier Deschamps qui a forcément une confiance prononcée en son groupe " made in Russie", mais sait aussi que les derniers résultats de 2018 peuvent le pousser à changer la donne.

L'entraîneur passé par Monaco et la Juventus Turin insiste notamment sur l'importance de rester concentré, et ne surtout pas se relâcher, sous peine de connaître de grandes désillusions: "Il y a une phrase que j'aime bien: c'est dans les plus grandes victoires qu'on fait les plus grosses conneries". On ne peut pas. Mais le haut niveau est impitoyable! "C'est le socle. Si on en fait un peu moins, on y a droit!" Ce sera le vendredi 22 mars en Moldavie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL