Et si nous ne buvions pas d'alcool en janvier — Dry January

Evrard Martin
Janvier 6, 2019

Il s'agit d'une tradition qui s'est installée au Royaume-Uni depuis quelques années déjà chez les personnes désirant se remettre au plus vite des fêtes de fin d'année. Et pourquoi pas commencer par lever le pied sur notre consommation d'alcool?

Et si on ne buvait pas d'alcool en janvier? .

L'idée de passer 31 jours sans un verre a été lancée il y a six ans par une association britannique, Alcohol Change UK. Quels sont les effets positifs d'un mois sans une goutte d'alcool? L'équipe du docteur Richard de Visser de l'Université du Sussex (comté du sud-est de l'Angleterre) a analysé les conséquences du Dry January, en particulier sur la santé.

Pour cette étude, citée par Huffington Post, les comportements et la santé de 800 Anglais ont été observés en 2018. La fréquence des alcoolisations excessives est passé de 3,4 à 2,1 par mois en moyenne. Et la quantité d'alcool absorbée chute de 17%.

Sans attendre le mois d'août, s'astreindre à un janvier sobre offre des résultats immédiats sur la santé. Pas moins de 71 % ont déclaré bénéficier d'un meilleur sommeil, et 58 % ont même dit avoir perdu du poids.

Ils sont aussi plus de la moitié à s'être aperçus qu'ils bénéficiaient d'une meilleure concentration ou encore d'une plus belle peau.

Ne pas boire d'alcool en janvier a également eu une incidence positive sur la consommation d'alcool annuelle en elle-même puisque certaines personnes se sont ainsi rendu compte qu'il était bien possible de passer une bonne soirée sans alcool. Cette cure permet de faire le point sur sa relation à l'alcool et de reprendre le contrôle. Mais nous en sommes encore loin.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL