"Gilets jaunes" : une des figures du mouvement devient chroniqueuse chez BFMTV

Pierre Vaugeois
Janvier 6, 2019

La chaîne d'information en continu, qui a connu un pic d'audience grâce au mouvement des Gilets jaunes, va tester cette figure du mouvement comme comme chroniqueuse d'une de ses émissions d'actualité, une initiative qui suscite des questionnements au sein de la rédaction.

Il y a quelques heures, Closer révélait qu'Apolline de Malherbe avait choisi de recruter une membre active des Gilets Jaunes dans son équipe de chroniqueurs de son émission Et en même temps. "La suite de la collaboration entre Mme Levavasseur et la chaîne sera décidée à l'issue de cette première émission", indique BFM TV.

"Apolline De Malherbe est une femme qui a le mérite de proposer un temps de parole aux gilets jaunes mais vos égos et votre jalousie vous font dire des bêtises et fait du mal à notre mouvement", dit Ingrid Levavasseur dans son message Facebook de samedi soir, après avoir visiblement été la cible de commentaires désobligeants.

Des journalistes se demandent si tout cela ne pose pas des problèmes de déontologie et si la chaîne ne cherche pas à surfer sur la vague des "gilets jaunes". Ingrid Levavasseur recevra 150 euros brut par émission, selon Closer. "C'est une rémunération totalement classique pour un chroniqueur".

L'animatrice, qui rentre d'un congé maternité, explique avoir contacté Ingrid Levavasseur car "elle incarne une France qui est parfois peu représentée mais qui est une France très présente". Auprès de Télé Star, la journaliste justifiait ce choix, révélant toutefois qu'il s'agissait avant tout d'un premier test: "On a décidé de travailler ensemble ce dimanche, et on verra par la suite, elle comme nous, si on poursuit l'aventure".

"Dans l'absolu", l'animatrice aimerait pouvoir en faire "une chroniqueuse régulière" de son émission.

Samedi dernier, des heurts entre manifestants et forces de l'ordre avaient éclaté à Paris, à proximité des locaux de BFMTV et de France Télévisions, où plusieurs centaines de "gilets jaunes" étaient venus conspuer les "journalistes collabos". Il faut qu'Ingrid Levavasseur se sente à l'aise.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL