Israël réclame 35 milliards de dollars de dédommagements à la Tunisie !

Claudine Rigal
Janvier 7, 2019

Un rapport a estimé dans ce sens que l'ensemble des biens et actifs représenterait 250 milliards de dollars. D'après les médias israéliens, cette demande de compensation concerne la Tunisie (35 milliards de dollars), la Libye (15 milliards de dollars), mais aussi le Maroc, l'Irak, la Syrie, l'Égypte, le Yémen et l'Iran.

L'estimation de ce montant a été élaborée en prévision de la préparation d'un nouveau plan de paix israélo-arabe par l'administration de Donald Trump.

Selon l'organisation Justice for Jews from Arab Countries (JJAC), une émanation du Congrès juif mondial (une fédération internationale de communautés et d'organisations juives), 856 000 juifs issus de neuf pays arabes (dont l'Algérie et le Liban) et d'Iran, ont été obligés de fuir devant des violences ou ont été directement expulsés à partir de 1948, souvent en laissant tous leurs biens derrière eux. Gila Gamliel, ministre israélienne des Retraités et de l'égalité des sexes, considère auprès du journal Hadashot qu'il serait temps de "corriger les injustices historiques subies par les juifs dans sept pays arabes et en Iran, puis de réhabiliter les juifs qui ont perdu leurs biens".

Désormais donc, la formule de tout accord de paix arabo-israélien serait "compensations des biens abandonnés contre la paix". Vous ne pouvez pas parler du Moyen-Orient sans prendre en compte les droits des Juifs forcés de quitter leurs communautés - Et reconnaître tous les crimes commis contre les communautés juives.

A quoi serviront les fonds? Bien que nombre de ces Juifs soient arrivés en Israël avec à peu près rien, ils n'ont pas demandé le statut de réfugié officiel à la communauté internationale, affirme la même source.

Le but d'une telle démarche offensive semble être principalement d'élever la barre des exigences israéliennes afin que soit définitivement abandonnée la revendication du "droit au retour" réclamé par le mouvement national palestinien pour les Palestiniens ayant quitté leur pays pour fuir les massacres ayant accompagné la création d'Israël ou ayant été expulsés par les forces armées sionistes.

"Ce n'est pas pour rien que cette journée est célébrée le lendemain du 29 novembre", avait déclaré Netanyahu le 30 novembre 2014, en référence à l'anniversaire de l'adoption par l'ONU du plan de partage de la Palestine en 1947.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL