Japon. Carlos Ghosn comparaîtra le 8 janvier

Xavier Trudeau
Января 4, 2019

L'ancien président de Nissan Carlos Ghosn va comparaître mardi à la suite de sa demande d'une audience publique pour connaître les motifs de sa détention, a annoncé vendredi le tribunal du district de Tokyo. Les avocats du patron de Renault, en détention dans une prison de Tokyo depuis le 19 novembre, ont déposé ce vendredi une demande pour une comparution de leur client devant un juge.

Carlos Ghosn souhaite que soit mis en application l'article 34 de la Constitution japonaise qui précise que, " sur demande, (une personne retenue) peut exiger que la raison précise de sa détention soit rendue publique au tribunal ". "Aucune date n'a été encore été fixée", a précisé le tribunal.

Le dossier Ghosn a braqué les projecteurs sur le système pénal japonais, notamment la pratique de longues périodes d'incarcération pendant l'instruction et l'interdiction faite aux avocats de la défense d'assister aux interrogatoires, qui peuvent durer huit heures par jour.

Concrètement, le bureau des procureurs lui reproche d'avoir fait couvrir par Nissan "des pertes sur des investissements personnels" au moment de la crise financière d'octobre 2008, ce qu'il nie selon ses avocats.

L'action Nissan a fini en baisse de 1,19% à 869 yens à la Bourse de Tokyo, tandis qu'à Paris Renault gagnait 1,616% à 53,45 euros à 10h07. Carlos Ghosn est soupçonné d'avoir puisé dans les comptes d'une filiale de Nissan pour faire un virement d'un montant équivalent à un ami saoudien qui se serait porté garant.

Nouveaux soupçons Ce type de délit est normalement prescrit au bout de 7 ans, mais la loi permet de suspendre le décompte lors des séjours à l'étranger, nombreux dans le cas de M. Ghosn qui passait seulement un tiers de son temps au Japon.

Nouveau rebondissement dans l'affaire Carlos Ghosn.

Depuis l'arrestation de Carlos Ghosn, Hiroto Saikawa, le directeur général de Nissan, a appelé à des changements pour atténuer l'influence de l'actionnaire majoritaire Renault. Il est aussi toujours en titre PDG de l'Alliance Renault-Nissan.

D'autres rapports

Discuter de cet article