Khamenei: certains responsables américains sont "des idiots de première classe"

Claudine Rigal
Janvier 10, 2019

Cette déclaration survient vingt-quatre heures après que l'UE a inscrit sur sa liste terroriste une division du renseignement iranien et deux hauts-responsables qui sont soupçonnés d'être impliqués dans les assassinats et des complots visant à tuer des activistes de l'opposition au Danemark, en France et aux Pays-Bas.

"Sur la base d'informations émanant de services de renseignement étrangers et de l'AIVD, les Pays-Bas estiment qu'il est probable que l'Iran a été impliqué dans (des préparations) de liquidations et d'attaques sur le territoire européen", ont-ils poursuivi.

"Il est très encourageant de constater que l'UE vient de convenir de nouvelles sanctions ciblées contre l'Iran en réponse à des activités hostiles et à des complots planifiés et perpétrés en Europe, y compris au Danemark", a réagi dans un tweet le premier ministre danois Lars Løkke Rasmussen.

Les autorités françaises ont aussi annoncé avoir déjoué cet été un attentat des services de renseignement iraniens contre un rassemblement en France d'un groupe d'opposants.

"Téhéran a été informé que toute implication dans de telles affaires est totalement inacceptable et doit cesser immédiatement", a fait savoir le gouvernement néerlandais, appelant l'Iran à "coopérer pleinement à la résolution des problèmes actuels et aux enquêtes criminelles ".

Les mesures prises mardi ne sont pas liées à l'accord nucléaire iranien, a abondé le gouvernement néerlandais.

L'Iran a-t-il orchestré le meurtre d'opposants sur le sol européen? "L'Union européenne a imposé des sanctions au ministère iranien du renseignement et de la sécurité (MOIS) et à deux personnes iraniennes, notamment sur recommandation des Pays-Bas", ont précisé le ministre des Affaires étrangères néerlandais, Stef Blok, et la ministre de l'Intérieur, Kasja Ollongren, dans un courrier adressé aux parlementaires de La Haye. Les deux victimes, Ali Motamed, 56 ans, et Ahmad Molla Nissi, 52 ans, étaient des opposants au régime iranien. Les Pays-Bas avaient expulsé deux employés de l'ambassade iranienne en juin dernier sans révéler les raisons de ces expulsions.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL