L'édition 2019 du Paris - Nice partira de Saint-Germain-en-Laye

Solenn Plantier
Janvier 12, 2019

"Course au Soleil ", qui se courra du 10 au 17 mars, entend conserver ce qui a fait son charme, l'incertitude jusqu'aux derniers moments de course. Une course de secondes au général jouée sur un parcours accidenté, encore une fois: le parcours de Paris-Nice, qui s'élancera le 10 mars de Saint-Germain-en-Laye, a été dévoilé mercredi. Jusqu'ici, la célèbre montée du rallye de Monte-Carlo n'avait été que traversée lors du Tour de France.

"Le test est intéressant", a estimé le directeur de course François Lemarchand qui est resté fidèle à l'essentiel pour le dernier week-end, une arrivée au sommet le samedi suivie d'une étape courte mais dense le lendemain, propice aux renversements de situation (Soler en 2018).

Parmi les principaux prétendants à la victoire, le Britannique Simon Yates, les Colombiens Nairo Quintana et Miguel Angel Lopez et le Français Romain Bardet figurent en tête de liste. À commencer par la première étape tracée en circuit autour de Saint-Germain-en-Laye, et qui proposera une finale vallonnée, avec quelques légères montées qui pourraient profiter à des coureurs explosifs, décidés à s'isoler du peloton qui sera certainement très nerveux.

Les sprinteurs qui viendront en nombre (Groenewegen, Cavendish, Démare, Ewan, S. Bennett, Kristoff, Coquard) disposeront au moins de trois arrivées favorables en début de semaine, à partir du lancement de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Outre les 18 formations WorldTour qualifiées d'office, les équipes invitées sont les cinq formations françaises de deuxième division (Arkea-Samsic, Cofidis, Delko Marseille, Direct Energie, Vital Concept).

"A titre exceptionnel", a ajouté Christian Prudhomme qui s'est aussi projeté sur la sélection à venir pour le Tour, quatre cartes d'invitation devant être distribuées. A noter que 23 équipes (de sept coureurs), et non 22 comme cela avait toujours été le cas jusqu'à maintenant, se présenteront au départ.

On pourrait bien revivre les mêmes sensations cette année, et c'est tant mieux pour le cyclisme et pour la Loire. "Il faudra faire un choix".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL