L'épouse d'un milliardaire probablement enlevée, une rançon en cryptomonnaie demandée — Norvège

Claudine Rigal
Janvier 10, 2019

Depuis le 31 octobre dernier, le jour d'Halloween, Anne-Elisabeth Falkevik Hagen a disparu. Notre principale théorie est que la victime a été enlevée contre son gré par des inconnus à son domicile " de Lørenskog, à moins de 20 kilomètres d'Oslo, a déclaré l'inspecteur Tommy Brøske, qui dirige les investigations.

La police dit n'avoir aucun suspect à ce stade. La police a donc décidé de rendre cette affaire publique après dix semaines d'une enquête qui s'est révélée pour l'heure infructueuse.

Des menaces de violences ont aussi été avancées en cas de non-versement de la somme demandée, a indiqué le journal Aftenposten, qui précise que des contacts limités ont eu lieu avec les ravisseurs présumés. C'est la 172ème plus grande fortune de Norvège, avec un patrimoine estimé à 1,7 milliard de couronnes norvégiennes (~174 millions d'euros).

Le couple, qui a trois enfants adultes, menait une existence décrite comme recluse dans une maison coquette mais sans prétention, désormais bouclée par la police.

Bien que faisant profil bas, Tom Hagen a été l'objet de quelques articles de presse relatant sa réussite.

Des malfrats réclament une rançon d'un montant de 9 millions d'euros - le chiffre n'a pas été confirmé par la police - en Monero (XMR), une crypto-monnaie axée sur la vie privée procurant plus d'anonymat que Bitcoin. Ce genre d'affaires est extrêmement rare dans le riche pays scandinave, où le niveau de criminalité est généralement faible. Investisseur dans l'immobilier, il détient 70% du fournisseur d'électricité Elkraft qu'il a cofondé en 1992, selon les médias norvégiens.

"Les autorités ont conseillé à la famille de ne pas céder à ce chantage".

Selon VG, une note rédigée en mauvais norvégien a été laissée au domicile de la disparue, prévenant que celle-ci périrait si la police était alertée. Une information que les enquêteurs ont refusé de commenter.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL