La femme du djihadiste Peter Cherif placée en garde à vue à la DGSI

Claudine Rigal
Janvier 3, 2019

Les deux enfants qui se trouvaient avec leur mère à l'arrivée en France ont été pris en charge par le parquet de Bobigny, juridiction à laquelle est rattaché l'aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, a expliqué à l'AFP un magistrat du parquet.

Placé en garde à vue la semaine dernière après son arrestation à Djibouti le 16 décembre, le djihadiste Peter Cherif a reconnu avoir rencontré Cherif Kouachi, l'un des auteurs de l'attentat contre Charlie Hebdo, au Yémen en 2011, a appris France Info de source proche du dossier ce lundi. Dès son arrivée en France sous haute escorte, il a été interrogé pendant quatre jours par les policiers de la DGSI, auditions durant lesquelles il a d'abord gardé le silence puis a concédé quelques rares réponses. Il doit purger une peine de cinq ans de prison pour avoir combattu en Irak en 2004.

Si l'on ignore encore si Peter Cherif a fait venir son épouse, franco-algérienne, au Yémen ou s'il l'a rencontrée sur place, le couple avait en tout cas été localisé en septembre dernier à Djibouti par les autorités locales.

Peter Cherif à l'ouverture du procès de la filière des Buttes-Chaumont, le 26 janvier 2011.

Il a également été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste en récidive", dans le cadre d'une nouvelle information judiciaire le visant pour ses activités au Yémen, où il était devenu un cadre d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa). Il figurait sur la liste noire des terroristes étrangers les plus recherchés au monde par les États-Unis. Mais il ne fait l'objet d'aucun mandat d'arrêt dans ce dossier.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL