Les Etats-Unis positionnent 80 militaires au Gabon — Elections en RDC

Claudine Rigal
Janvier 9, 2019

Au moins 80 militaires américains ont été déployés à Libreville au Gabon dans l'éventualité des troubles en RDC en marge des élections.

Le message de l'Américain Donald Trump à président hors mandat (donc illégal et illégitime) de la République Démocratique du Congo est des plus subliminaux: "Les Etats-Unis sont conscients que la suite des élections du 30 décembre 2018 en République Démocratique du Congo du Congo pourrait se révéler une tragédie difficilement extinguible". Ce déploiement d'environ 80 personnes est une réaction au risque que des manifestations violentes puissent avoir lieu en République démocratique du Congo en réaction aux élections qui se sont déroulées le 30 décembre 2018 " peut-on lire dans la lettre signée du président étasunien.

C'est par le billet d'une correspondance adressée au Congrès que le numéro un américain Donald Trump a annoncé que 80 militaires américains sont sur le territoire gabonais précisément à libreville pour parer à d'éventuels heurts au pays voisin de la République Démocratique du Congo. Ils pourraient être renforcés, si nécessaire, par des éléments supplémentaires déployés au Gabon et en République démocratique du Congo.

Toujours selon ce document, le premier de ces personnels est arrivé au Gabon le 2 janvier 2019, "muni du matériel de combat approprié et soutenu par des avions militaires".

"Les soldats resteront dans la région jusqu'à ce que la situation sécuritaire en République démocratique du Congo devienne telle que leur présence ne soit plus nécessaire", a-t-il précisé.

"Cette action a été entreprise conformément à ma responsabilité de protéger les citoyens américains, chez nous et à l'étranger, et dans le respect des intérêts de la sécurité nationale et de la politique étrangère des États-Unis, conformément à mon pouvoir constitutionnel de diriger les relations extérieures des États-Unis et en tant que commandant en chef et chef Exécutif", note le président américain. En attendant les résultats de la présidentielle qui devaient être connus ce dimanche, selon la Commission électorale (sauf retards en raison de la lenteur de l'arrivée des feuilles de décompte), les esprits s'échauffent déjà.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL