Les Hauts-de-France sont les plus touchés par les cancers — Santé

Evrard Martin
Janvier 25, 2019

En compilant tous les cas de cancers et leur taux de mortalité, région par région, entre 2007 et 2016, cette agence du ministère de la Santé met en évidence une surreprésentation des cancers de la lèvre, de la bouche ou du pharynx en Bretagne et dans les Hauts-de-France. C'est en tout cas ce que semble démontrer l'étude de Santé Publique France qui établit une cartographie des cancers.

Synthèse GuadeloupeLe rapport consacré à la Guadeloupe relève que ce département fait face à une forte prévalence des maladies chroniques (diabète de type 2, hypertension artérielle, accidents vasculaires cérébraux et insuffisance rénale chronique terminale), et à un taux élevé de mortalité prématurée et de mortalité infantile. Quant à l'alcool, il provoque 8% des nouveaux cas de cancers évitables. Chez ce dernier, "le cancer le plus fréquent, responsable chaque année de plus de la moitié des nouveaux cas est celui de la prostate (57 %), loin devant le cancer colorectal (9 %) et de l'estomac (5 %)".

On savait déjà qu'en France, plus de 4 nouveaux cas de cancers sur 10 chez les adultes de 30 ans et plus sont attribuables au mode de vie. Chez la femme, le cancer le plus fréquent est le cancer du sein (37 %), loin devant le cancer colorectal (12 %) et du corps de l'utérus (7 %). Ainsi, une sur-incidence de 55% par rapport à la moyenne nationale et une sur-mortalité de 82% a été observée pour le cancer de l'oesophage chez l'homme. Pour les hommes seuls, il en va de même pour les cancers du poumon, de la vessie et du foie.

"Une partie importante des cancers en sur-incidence dans les Hauts-de-France présente certains facteurs de risque en lien avec le mode de vie comme les consommations de tabac, d'alcool et la surcharge pondérale", notent les experts. En France, on estime à 21 536 le nombre de décès par cancer et par an, dont 56% chez l'homme. Cette région connaît "des niveaux d'incidence et de mortalité parmi les plus bas de France métropolitaine pour des cancers qui partagent le tabac et/ou l'alcool comme facteur de risque: poumon, œsophage, larynx et lèvre-bouche-pharynx". Pour les hommes, le taux d'incidence est de 392 cas pour 100 000 personnes, contre 271 cas pour 100 000 personnes chez la femme.

A contrario, l'Occitanie constitue la région la plus épargnée en matière d'incidence et de mortalité pour pratiquement tous les cancers à l'exception du cancer du poumon chez la femme. Comme en Guadeloupe, l'étude pointe des facteurs importants comme "la pollution environnementale par les pesticides et particulièrement la chlordécone, qui doit faire l'objet de recherche pour d'autres localisations que la prostate".

Néanmoins, la région reste touchée de manière égale ou supérieure à la moyenne nationale par certains cancers.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL