Les océans se réchauffent beaucoup plus vite qu’on ne le croyait

Claudine Rigal
Janvier 12, 2019

Depuis 2014, les experts climatiques étaient perplexes: la hausse de température mesurée des océans n'était pas aussi forte que ce que les modèles climatiques prédisaient.

C'est un bien triste constat que celui dressé par une récente étude, publiée par la revue américaine Science.

Fruit d'une collaboration entre quatre équipes scientifiques ayant réalisé chacune une étude différente depuis 2014, cette nouvelle analyse démontre en effet que les précédentes mesures n'avaient pas été assez précises et que les prévisions s'avéraient bien en deçà de la réalité. "Si vous voulez comprendre où se passe le réchauffement climatique, regardez dans nos océans", dit l'un des auteurs du résumé publié dans Science, Zeke Hausfather, de l'Université de Californie à Berkeley. Elle revoit à la hausse, de manière significative, la température des océans dans la couche de 2 000 mètres sous la surface pour la période de 1971 à 2010.

Pour les scientifiques, l'imprécision des mesures passées s'explique par le matériel qui était utilisé. L'année 2018 aura très probablement été l'année la plus chaude jamais enregistrées dans les océans.

Selon l'un des chercheurs, il s'agit d'un signal confirmant la vitesse du changement climatique. Il s'agissait de sortes de thermomètres en forme de torpilles (des bathythermographes) plongeant sous l'eau et reliés par un câble à un navire.

A partir des années 2000, près de 3 900 balises "Argo" ont été réparties sur l'ensemble des océans et fournissent des données plus complètes et plus précises via une transmission satellite. Le problème venait-il des prises de mesures ou des modèles qui étaient erronés?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL