Les seniors partagent davantage de fake news sur Facebook

Claudine Rigal
Janvier 12, 2019

Létude actuelle, publiée dans Science Advances, a examiné le comportement des utilisateurs au cours des mois précédant et suivant lélection présidentielle américaine de 2016. C'est en tout cas ce qui s'est passé pendant la campagne présidentielle de 2016 aux Etats-Unis. Ces dernières sont, soient totalement incongrues (des sites sont spécialisés dans ce domaine, comme Le Gorafi qui s'amuse à publier des news absurdes), soit de fausses informations destinées à nuire ou à faire du buzz. Dans le détail, les utilisateurs âgés de 65 ans et plus ont partagé deux fois plus d'articles faux que les 45-65 ans et ainsi 7 fois plus que les personnes entre 18 et 29 ans. Nous relions une enquête en ligne représentative (N = 3 500) à des données comportementales sur l'historique de partage Facebook des répondants au cours de la campagne, en évitant les biais connus dans les auto-évaluations d'activités en ligne.

Les auteurs de l'étude émettent une hypothèse principale pour expliquer ce résultat. En analysant les profils de ces internautes, les chercheurs ont constaté qu'il s'agissait majoritairement d'électeurs conservateurs, pro-Trump.

Les plus grands diffuseurs de contenus douteux sont les internautes âgés de plus de 65 ans.

L'étude ne précise cependant pas pourquoi les seniors tombent aussi souvent dans le piège des 'fake news', mais suggère qu'ils y accordent peut-être moins d'attention que leurs compatriotes plus jeunes. Aucune autre caractéristique démographique ne semble avoir un effet constant sur le partage de fake news, ce qui rend notre découverte du facteur âge encore plus notable.

Jonathan Nagler, professeur en politique à NYU et codirecteur du laboratoire sur les médias sociaux, souligne par ailleurs que "ces conclusions portent à croire que l'enseignement de la littératie numérique dans les écoles - peu importe les autres avantages potentiels - risque de ne pas permettre de venir à bout du partage de fausses nouvelles si un tel partage est plus répandu chez les aînés ".

Qu'est-ce qui, selon-vous, pourrait expliquer le fait que les personnes les plus âgés du panel ont eu tendance à partager plus de fake news que les plus jeunes du panel?

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL