Powell (Fed) promet patience et réactivité aux marchés

Xavier Trudeau
Janvier 8, 2019

Les investisseurs n'ont pas (encore) complètement cédé au pessimisme.

Le salaire horaire moyen a enregistré une hausse de 0,4% en décembre, sa plus forte progression depuis août, et de 3,2% sur un an. Le rebond américain a profité à l'ensemble des secteurs de la cote américaine mais plus particulièrement aux valeurs technologiques, dont l'indice S&P reprend près de 4%, grâce entre autres à Intel (+5,10%) et Apple, qui regagne 3,36% après la chute de près de 10% subie la veille en réaction à son avertissement. Un contraste saisissant avec la séance de jeudi, qui avait vu les indices plonger, sous le poids d'Apple, après son profit warning.

Jerome Powell a qualifié de rapport sur l'emploi de "très solide" et dit que les données conjoncturelles américaines semblent "être en bonne voie pour maintenir un bon élan en ce début d'année".

Le président de la Réserve fédérale, Jerome Powell, s'est employé vendredi à rassurer les marchés financiers en déclarant que la dynamique de l'économie américaine restait solide et que la banque centrale serait attentive aux risques de dégradation de la situation.

"La politique monétaire n'est pas sur une trajectoire pré-conçue", a-t-il ajouté alors que les projections moyennes de la Banque centrale prévoient pour l'instant deux hausses des taux d'un quart de point en 2019.

Lors d'une conférence à Atlanta (Géorgie), M. Powell a affirmé que face à la modeste inflation et aux "inquiétudes" des marchés vis-à-vis d'un ralentissement, la Fed "sera patiente en évaluant comment l'économie évolue".

Des propos jugés apaisants par les investisseurs, qui font preuve d'une grande nervosité.

"Nous sommes toujours prêts à modifier l'orientation de la politique et à la modifier de manière significative" en cas de besoin, a-t-il ajouté au cours de ce débat auquel participaient aussi ses prédécesseurs Janet Yellen et Ben Bernanke. "Nous écoutons de façon appropriée le message que les marchés envoient et nous allons prendre en compte ces risques baissiers dans la conduite de notre politique à l'avenir".

Il a indiqué qu'aucune rencontre n'était prévue avec le président Donald Trump, qui a vivement critiqué les hausses des taux de la Fed.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL