Riyad réduira sa production — Pétrole

Xavier Trudeau
Janvier 12, 2019

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mars a clos à 60,48 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en baisse de 1,20 dollar par rapport à la clôture de jeudi.Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de " light sweet crude " pour la même échéance a cédé 1,00 dollar à 51,59 dollars. Par ailleurs, la faiblesse du dollar rend les achats de pétrole, dont le prix est fixé en monnaie américaine, moins élevé pour les investisseurs utilisant d'autres devises.

Alors que le billet vert avait commencé la journée en berne, vers 09H40 GMT, le Brent a atteint son plus haut en un mois à 62,49 dollars, tandis que le WTI avait également grimpé à son plus haut en un mois à 09H25 GMT, à 53,31 dollars.

Les investisseurs ont repris goût pour les actifs plus risqués, comme le pétrole, alors que les négociations à Pékin sur les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis semblent s'être déroulées sans accroc en début de semaine.

Le royaume, premier exportateur mondial de pétrole, réduira ses exportations de 800 000 barils par jour à 7,2 millions de barils par jour (Mb/j) en janvier, contre 8 millions Mb/j en novembre, a précisé Khalid al-Falih.

Tout cela contribue à atténuer les inquiétudes de ceux qui pensent que les baisses de production annoncées par l'Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et par ses partenaires début décembre ne seront pas suffisantes, seules, pour relancer les cours.

Après le meurtre de M. Khashoggi, l'Arabie saoudite avait fait face aux critiques internationales, notamment de son allié américain.

Et mardi, " les marchés continuent à réagir aux données encourageantes montrant que l'Arabie saoudite travaille assidûment à la réduction de ses exportations ainsi que de sa production", a indiqué John Kilduff, d'Again Capital.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL