Rugby: Le rugby amateur à nouveau endeuillé

Solenn Plantier
Janvier 8, 2019

C'est un de ses amis qui a révélé son décès sur les réseaux sociaux.

Pendant quarante-trois jours, à son chevet au CHU de Dijon, la famille de Nathan Soyeux a espéré que le jeune homme de 23 ans allait continuer de vivre mais dimanche matin, cet étudiant en école d'ingénieur, à Dijon, a perdu le combat.

Le jeune homme est mort dimanche autour de 10h, des suites d'un choc subi le 24 novembre dernier au cours d'un match de rugby amateur, dans le cadre d'un tournoi entre écoles d'ingénieurs, auquel participait son école, l'Esirem, a expliqué une chargée de communication de l'établissement à l'AFP, confirmant une information initialement révélée par Rugbyrama.

L'émotion est forcément vive dans le climat actuel.

Ce décès s'ajoute à une terrible liste démarrée en 2018: Nicolas Chauvin, joueur du Stade français de 18 ans, Louis Fajfrowski, joueur d'Aurillac (Cantal) de 21 ans et Adrien Descrulhes, joueur amateur de Billom (Puy-de-Dôme) de 17 ans. "En moins d'un an, c'est le quatrième joueur qui est victime du rugby". Bien que l'affrontement soit inévitable, le défi purement physique avec des joueurs de plus en plus lourds, puissants et des schémas tactiques qui se résument à se rentrer dedans et à marquer son adversaire ont pris le dessus sur ce qui était destiné à être un sport d'évitement. "Beaucoup de patients sont hospitalisés dans notre service mais Nathan restera de loin un des patients que je n'oublierai pas de par le courage dont il a su faire preuve pendant ces 40 jours. Je vous embrasse, soyez forts".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL