Santé : la grippe tarde à frapper

Evrard Martin
Janvier 11, 2019

"Saison-2018-2019" target="_blank">(BEH) de Santé publique France publié le 3 janvier. Dans son bulletin hebdomadaire de suivi des épidémies, le réseau Sentinelles annonce que pour la dernière semaine de l'année 2018 (du 24 au 30 décembre 2018), seuls 63 cas de grippe pour 100 000 habitants ont été recensés à l'échelle nationale. Un nombre de malades bien inférieur à celui d'il y a un an. A titre de comparaison, l'année dernière à la même période, toutes les régions étaient en phase épidémique sauf la Corse encore en pré-épidémie. Il s'agit de la région Occitanie, de l'Île-de-France, de la Bourgogne Franche-Comté, du Centre Val de Loire et de la région Grand Est.

Si "l'incidence des cas de syndromes grippaux devrait continuer d'augmenter modérément dans les prochaines semaines", des gestes simples permettent de limiter la transmission de cette maladie qui touche entre 2 et 8 millions de personnes chaque hiver en France. Mais c'est une impression trompeuse. "Elle est dans la norme des épidémies moyennes de grippe et plusieurs épidémies, ces dernières années, sont même survenues encore plus tard que celle que nous commençons à voir poindre".

En effet, certaines officines ont désormais l'habilitation pour vacciner les patients. Un résultat dont Agnès Buzyn, ministre de la Santé s'est félicitée: "C'est la première fois en France que nous arrivons à écouler tous les stocks de vaccin".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL