Tim Cook fait face aux investisseurs, car les ventes d’iPhone ont baissé

Xavier Trudeau
Janvier 3, 2019

Le premier trimestre de son exercice décalé, qui s'est clôturé le 29 décembre, sera moins bon que prévu. Apple a toujours utilisé les périodes d'adversité pour revoir son approche, tirer parti de sa culture de la flexibilité, de l'adaptabilité et de la créativité pour en sortir meilleur.

Après ce sévère 'warning' lancé par une entreprise aussi emblématique, les investisseurs redoutent que d'autres avertissements sur résultats viennent peser sur la tendance d'ici au prochain démarrage de la saison des comptes trimestriels. Ce "rare avertissement (sur ses résultats) provenant d'Apple" est venu s'ajouter "aux inquiétudes concernant le ralentissement de la croissance mondiale, la baisse des bénéfices et les marchés des changes", a aussi observé un responsable de la recherche économique chez Saxo Banque.

Dans sa missive aux investisseurs, Tim Cook souligne des difficultés dans des marchés émergents importants et en particulier en Chine, avec une " décélération de l'économie " et des tensions liées à la guerre commerciale livrée avec les États-Unis.

Il a ajouté que l'essentiel de la révision à la baisse du chiffre d'affaires était imputable aux ventes d'iPhone, de Mac et d'iPad sur le marché que le groupe appelle "Grande Chine" (la Chine y compris Taiwan).

En effet, fin 2017, Apple avait avoué ralentir volontairement les processeurs de certains anciens modèles d'iPhones (iPhone 6, iPhone 6s et iPhone SE) via iOS, son système d'exploitation.

L'action Apple est attendue en baisse de plus de 8% à l'ouverture après que la firme à la pomme a revu à la baisse son objectif de chiffre de chiffre d'affaires pour son premier trimestre fiscal.

Le géant américain se garde bien d'évoquer un potentiel "effet prix". Cette hausse des prix peut également constituer un frein à l'achat pour les pays émergents.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL