Trump et Macron évoquent un retrait américain de Syrie "réfléchi et coordonné"

Claudine Rigal
Janvier 8, 2019

"Nous quitterons [la Syrie] à un rythme adapté tout en continuant en même temps à combattre l'EI et à faire ce qui est prudent et nécessaire pour tout le reste", a tweeté le président américain lundi matin. Il a assuré que les Etats-Unis tiendraient compte "de ceux qui ont combattu avec nous contre l'organisation de l'Etat islamique et d'autres groupes terroristes ".

Ankara ne cache pas son intention de lancer une offensive contre eux pour éviter la formation, à ses portes, d'un embryon d'Etat kurde susceptible de raviver le séparatisme des Kurdes de Turquie.

Jusqu'ici alliés de Washington dans la lutte contre les djihadistes, les combattants kurdes en Syrie craignent que le retrait américain ne les laisse démunis face à la Turquie.

"Les deux dirigeants ont discuté de la situation en Syrie, notamment de l'engagement des États-Unis et de la France à venir à bout de Daech et de préparer un retrait réfléchi et coordonné des troupes américaines de Syrie", a fait savoir la présidence américaine dans un communiqué, selon lequel Donald Trump et Emmanuel Macron ont également insisté sur le fait "qu'un nouveau recours aux armes chimiques en Syrie ne devait pas être toléré". En visite en Israël depuis samedi, M. Bolton a annoncé devant les journalistes que les États-Unis souhaitaient que la Turquie garantisse la protection des Kurdes en Syrie, selon la chaîne de télévision américaine "NBC News".

Le président américain Donald Trump et son homologue français Emmanuel Macron ont eu lundi un entretien téléphonique lors duquel ils ont discuté du retrait des troupes américaines de Syrie, qu'ils veulent "réfléchi et coordonné", a annoncé la Maison blanche.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui rencontrera M. Bolton dimanche en soirée, s'est engagé à poursuivre ses efforts pour empêcher l'Iran de s'implanter militairement en Syrie.

"Notre position est claire", a déclaré dimanche M. Netanyahu.

L'annexion du Golan n'a jamais été reconnue par la communauté internationale y compris les États-Unis.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL