"Augmenter de 20% le nombre de médecins formés" (Buzyn)

Evrard Martin
Février 13, 2019

Agnès Buzyn l'assure, c'est "une loi qui va favoriser l'accès aux soins partout en France". Objectif, "augmenter de 20%" le nombre de médecins formés, selon Agnès Buzyn, tout en diversifiant leurs profils, grâce à des passerelles entre les cursus et des critères de sélection qui restent à préciser par décret. Le texte traduit une partie des mesures du plan " Ma Santé 2022", détaillées en septembre par Emmanuel Macron, dont l'emblématique suppression du numerus clausus et du redoutable concours de fin de première année d'études de santé.

Les effectifs d'étudiants en 2e ou 3e années seront déterminés par les universités, en lien avec les agences régionales de santé, selon leurs capacités et les besoins du territoire. Le gouvernement ambitionne en effet de mettre un terme au "gâchis humain" que représentent les milliers d'échecs chaque année au concours. Ces établissements labellisés par le ministère, seront le premier niveau d'un système à trois étages apportant chacun le "bon niveau de soins " au patient.Concrètement, il y aura, d'ici 2022, sur tout le territoire, des hôpitaux experts, constitués pour l'essentiel des CHU, les centres hospitaliers universitaires, des hôpitaux intermédiaires, et donc des établissements dits de proximité. D'une part en redéfinissant les missions des hôpitaux de proximité, qui seront recentrés sur la médecine générale, la gériatrie et la rééducation, avec un peu de radiologie et de biologie, mais sans chirurgie ni maternité. La ministre entend "redonner des investissements" à ces établissements souffrant "d'un manque d'attractivité".

D'autres mesures visant à élargir l'accès aux données de santé, à régulariser des médecins diplômés hors d'Europe et exerçant dans des hôpitaux français ou encore à créer des actes de "télésoin" pour les infirmiers figurent au programme.

Ce lundi, en déplacement en Indre-et-Loire en visite dans une maison de santé, accompagné d'Agnès Buzyn, le Premier ministre a estimé pour sa part qu'il y avait eu "beaucoup " de consultations depuis février 2018 et a promis qu'il y en aurait encore "énormément ".

Le gouvernement veut que les maisons de santé, qui regroupent plusieurs médecins et professionnels de santé, deviennent " la norme " afin notamment de combattre la désertification médicale, a déclaré lundi Edouard Philippe. Le ministère de la Santé comptait en 2018 quelque 910 MSP et plus de 300 en cours de création. Edouard Philippe a confirmé la création d'ici 2022 de 4.000 postes d'assistants médicaux, qui font actuellement l'objet de négociations difficiles entre la Sécurité sociale et les médecins libéraux, pour faciliter notamment "l'organisation de communautés médicales".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL