Dividendes : record au niveau mondial à 1.370 milliards de dollars

Xavier Trudeau
Février 20, 2019

Si 2018 a été une mauvaise année pour les marchés, la tempête n'a pas touché les dividendes versés aux actionnaires dans le monde qui ont atteint un niveau record, grâce à la bonne santé des entreprises.

Précision: ces chiffres ne tiennent pas compte des rachats d'actions propres, une pratique qui s'est considérablement développée et qui permet aux grandes entreprises cotées de bourrer les poches de leurs actionnaires. Et cela concerne la quasi-totalité des multinationales: " Neuf sociétés sur dix ont augmenté ou maintenu leurs dividendes à l'échelle internationale " en 2018, affirme la société de gestion.

"Plusieurs secteurs ont normalisé leurs paiements de dividendes", explique Ben Lofthouse de Janus Henderson.

Novartis, Nestlé et Roche payent la moitié des dividendes de la Suisse. En revanche, l'Allemagne, l'Espagne et l'Italie ont plutôt enregistré de bons résultats.

Janus Henderson estime que cette tendance se confirmera en 2019, année au cours de laquelle le volume des dividendes devrait encore augmenter de 3,3% pour un montant estimé à 1 414 milliards de dollars (1 248 milliards d'euros).

" Si nous nous référons aux fondamentaux de l'économie et des entreprises, qui se tassent de manière assez marquée, les dividendes devraient par nature ralentir, tout en restant positifs", anticipe également Florence Barjou, responsable de la gestion diversifiée chez Lyxor AM. Les trois pays comptabilisent à eux seuls plus de la moitié des dividendes européens. Les dividendes du secteur bancaire, le secteur versant le plus de dividendes, ont augmenté de 13,6% en termes sous-jacents, alors que les distributions des sociétés pétrolières ont augmenté de 15,4%. Autre raison évoquée, les grandes sociétés technologiques qui "adoptent de plus en plus une culture de paiement de dividendes".

" Les prévisions de bénéfices des sociétés ont chuté, les perspectives économiques mondiales ayant été revues à la baisse, mais la plupart des observateurs continuent de s'attendre à ce que les sociétés enregistrent une croissance positive de leurs bénéfices en 2019. Les dividendes sont, quoi qu'il en soit, beaucoup moins volatiles que les bénéfices et nous restons donc positifs quant aux perspectives pour les investisseurs sur le revenu", a analysé Ben Lofthouse.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL