Gilets jaunes : nouveau samedi de mobilisation partout en France pour l'acte 15

Pierre Vaugeois
Février 23, 2019

A Paris, deux manifestations (défilé entre la place Charles de Gaulle et celle du Trocadéro) et trois rassemblements (deux place de la République, un troisième dans le 17e arrondissement) liés au mouvement des "Gilets jaunes" ont été déclarés auprès des services de la préfecture de police pour la journée de samedi. Le premier, intitulé "Acte15 Tsunami Jaune!".

Dans un live diffusé mercredi sur YouTube, Eric Drouet, figure populaire mais controversée des Gilets jaunes, habitué des manifestations parisiennes, a annoncé qu'il serait lui-même présent sur les Champs-Elysées samedi. Dans la capitale, deux événements Facebook, "Une date pour tout changer " et "On lâche rien ", appellent par exemple à se rassembler sur les Champs-Élysées. Une autre figure du mouvement, Benjamin Cauchy, a également annoncé sur tweeter samedi matin qu'il allait se rendre au salon de l'agriculture, qui se tient porte de Versailles, dans le sud de Paris. Un rassemblement pacifique auquel ont répondu présentes près de 1000 personnes, tandis que plus de 4600 autres se disent intéressées.

Le mouvement, à ses débuts largement soutenu par les Français, a constitué la pire crise affrontée par le président Macron depuis son élection en 2017. Sur sa page "La France en colère!", qui réunit près de 317 000 membres et dont l'influence est considérable, Eric Drouet n'a pas encore relayé d'appel au rassemblement. Interrogée sur l'évolution du mouvement, Priscillia Ludosky a déclaré à l'AFP: "Cela avance aux assemblées citoyennes". Dans la région enfin, des actions ont été menées dès ce samedi 23 février au matin à Toulouse ou Perpignan.

Après Morlaix et Pontivy les semaines précédentes, le rassemblement régional des gilets jaunes en Bretagne devrait se dérouler à Rennes.

D'autres rassemblements en province sont prévus, notamment à Bordeaux, qui est avec Toulouse l'une des places fortes de la mobilisation, théâtre régulier de heurts violents avec les forces de l'ordre. A Paris, plusieurs milliers de manifestants ont commencé à défilé dans le calme en début d'après-midi sur les Champs-Elysées. La ville entière s'est barricadée: commerces, parcs et bâtiments publics sont fermés dans l'après-midi, tandis que concerts et spectacles ont été annulés. Tout ce qui peut servir de projectiles a été retiré (horodateurs, poubelles, bancs publics, etc.) pour un coût total estimé à 300 000 euros. Des barrages de police et gendarmerie, dont la mobilisation a été " renforcée ", seront installés en amont pour prévenir " la venue des éventuels casseurs et saisir les objets pouvant servir d'armes par destination ", indique sur son site internet la préfecture du Puy-de-Dôme.

"Si certains pensent que les policiers seront épuisés et qu'on les aura à l'usure, ils se trompent", a cependant assuré le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, lors d'un déplacement à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL