Soupçon de risque de méningiome — Traitements hormonaux

Evrard Martin
Февраля 9, 2019

Lutéran et Lutényl: il y a-t-il un sur-risque de méningiome? C'est désormais au tour du Lutéran (acétate de chlormadinone) et du Lutényl (acétate de nomégestrol) d'être pointés du doigt par l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Cette maladie cause le développement de tumeurs généralement bénignes dans les méninges, les membranes qui entourent le cerveau. "Donc ces cas déclarés en pharmaco-vigilance constituent pour nous ce qu'on appelle 'un signal'", précise Dr Isabelle Yoldjian, cheffe de pôle endocrinologie - gynécologie à l'ANSM, à Allô docteurs.

Comme " ces signalements ne permettent pas de conclure, à ce stade, que les femmes qui utilisent ces médicaments présentent un risque de méningiome plus élevé que celui observé dans la population générale", une étude épidémiologique est en cours.

C'est pourquoi de nouvelles recommandations quant à l'utilisation de Lutéran et Lutényl ont été envoyées aux professionnels de santé.

Tout d'abord, " l'utilisation d'acétate de chlormadinone ou d'acétate de nomégestrol est contre-indiquée en cas d'existence ou d'antécédent de méningiome ". Et " si un méningiome est diagnostiqué chez une patiente [déjà] traitée, [l'administration des médicaments] devra être arrêtée immédiatement et définitivement, et la conduite à tenir devra être discutée avec un neurochirurgien", poursuit l'agence.

D'autres rapports

Discuter de cet article