Acte 18 : Paris a replongé dans la violence

Pierre Vaugeois
Mars 17, 2019

Vers 18H00, quelques centaines de personnes ont quitté le secteur des Champs-Elysées et remontent rapidement les grands boulevards vers la place de la République incendiant poubelles et véhicules sur leur passage notamment des scooters.

Le Premier ministre Édouard Philippe s'est rendu en milieu d'après-midi sur les Champs-Élysée pour remercier les forces de l'ordre.

Des manifestants, pour beaucoup vêtus de noir, capuche sur la tête, ont lancé des pavés sur les forces de l'ordre, qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène et des canons à eau pour les tenir à distance. "Ce que nous voyons aujourd'hui doit laisser à penser à tous ceux qui excusent ou qui encouragent les actes que je dénonçais, en les excusant, en les encourageant, s'en rendent complices", lancai-t-il. Le gouvernement lui, n'a pas fait dans le détail, appelant le préfet de police à répondre "avec la plus grande fermeté" à tous ces agissements. "Alors Macron, elle s'essouffle la mobilisation?", lançait une manifestante au plus fort des pillages. Par ailleurs, le parquet de Paris a fait état de 144 personnes en garde à vue à 21h00.

Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, contestés par les gilets jaunes, ils étaient 28 600 manifestants en France lors de la 17e journée de manifestation samedi dernier, soit 10 fois moins que les 282 000 du 17 novembre, au début du mouvement. Une femme et son bébé "coincés au deuxième étage", ont été sauvés de cet incendie, parti d'une banque au rez-de-chaussée, ont indiqué les pompiers à l'AFP.

Côté manifestants, un homme a été blessé vers midi sur les Champs-Élysées, a constaté une journaliste de l'AFP. selon les "street medics" sur place, il a été victime d'un tir de flashball dans l'oeil.

Espérant un "regain de mobilisation", cette journée d'action avait été annoncée comme cruciale après plusieurs semaines en demi-teinte.

Après avoir vandalisé Le Fouquet’s à Paris les gilets jaunes y boutent le feu
Gilets jaunes. De premiers heurts sur les Champs-Élysées, des boutiques pillées

Pour Jocelin, chauffeur livreur de 48 ans dans le Var, "le mouvement n'est pas fini, et si Macron ne lâche pas plus que ce qu'il a déjà lâché, ça va mal finir, ce sera mai 68 en pire ".

Sur les réseaux sociaux, un même objectif affiché: "faire le siège de l'Elysée".

Sur les Champs-Elysées, complètement bouclés, kiosque incendiés, abri-bus détruits et les vitrines en miettes dessinent un paysage de désolation.

"Le grand débat, c'est une mascarade", a estimé Jean-François Bernard, qui travaille dans l'entretien des espaces verts.

Une " Marche du siècle " pour le climat ainsi qu'une manifestation contre les violences policières étaient aussi organisées.

A Paris, la préfecture de police relève " un retour au principe de non-déclaration des manifestations", avec le " risque de cortèges 'sauvages' ", puisque seul un rassemblement a été déclaré malgré les événements créés sur Facebook, dont un " Acte 18 - Ultimatum - La France entière à Paris ".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL