Actualités Financements & Marchés: La Fed entérine l'arrêt de son cycle monétaire

Xavier Trudeau
Mars 23, 2019

"Il pourrait s'écouler un certain temps avant que les perspectives en matière d'emploi et d'inflation plaident clairement en faveur d'un changement de politique", a dit son président, Jerome Powell, lors de la conférence de presse qui suit désormais chacune des réunions de politique monétaire. Elle compte ramener la diminution de ses avoirs en bons du Trésors à 15 milliards de dollars (13 milliards d'euros) à partir de mai, contre 30 milliards mensuels prévus actuellement. La réduction du bilan sera ensuite totalement interrompue à partir de septembre si la situation économique et monétaire évolue d'ici-là conformément aux prévisions.

"'Patient' signifie que nous ne voyons pas le besoin de nous précipiter pour arrêter un jugement".

La Fed n'évoque en outre plus la nécessité de faire monter les taux à un niveau "restrictif" pour prévenir une accélération de l'inflation, qui reste inférieure à son objectif de 2%.

Elle a réaffirmé son engagement à être "patiente", et a maintenu ses taux ("Fed funds") dans la fourchette de 2,25% à 2,50% telle qu'adoptée en décembre dernier.

Le président de la Fed, Jerome Powell.

S'agissant des événements à l'international, la Fed a en tête la difficile sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne (Brexit) ou encore les tensions commerciales entre les États-Unis et ses partenaires Chine et Union européenne en tête. "C'est un excellent moment pour se montrer patient", a-t-il martelé.

Le dollar chutait face à la devise européenne mercredi après l'annonce de ce virage net de la Fed par rapport à ses précédentes anticipations. À Wall Street, les indices boursiers ont réduit leurs pertes voire progressé en clôture.

Le marché des changes a pris note.

La Fed ne souhaite pas que l'annonce d'un changement de rythme ou d'une date de fin à son programme de normalisation de son bilan soit vue comme une politique monétaire plus accommodante.

La faible inflation, qui est restée ces deux derniers mois sous la cible des 2% que la Fed estime bénéfique pour l'économie, est le principal critère qui invite le Comité monétaire à faire une pause sur le renchérissement du crédit.

Dans le sillage des autres grandes économies, les Etats-Unis devraient voir leur expansion ralentir à 2,3%, au lieu de 2,9% en 2018, selon les prévisions de la Fed, qu'elle devrait amender.

" Il y a trois mois, la position par défaut de la Fed était de poursuivre la hausse des taux jusqu'à atteindre, et même un peu dépasser, un niveau de " neutralité " ", rappelle Bruno Cavalier. La "surprise " était plutôt du côté des prévisions des taux qui ont nettement été revue à la baisse.

La Fed, qui a procédé à sept hausses de taux sur la période 2017-2018, se dirige vers un taux des "fed funds" de 2,6% en fin de cycle de resserrement, un niveau bien inférieur aux références historiques.

Alors qu'elle prévoyait précédemment deux hausses de taux en 2019, la Fed n'anticipe finalement aucune hausse de taux en cette année, et une seule en 2020, pour atteindre un taux cible de 2,6 %.

'Avec une inflation à la hausse et des pressions inflationnistes grandissantes sur le marché du travail, nous doutons que le comité restera longtemps les bras croisés après cette réunion', estimait-on la veille chez Capital Economics.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL