Brexit : mais que veulent vraiment les députés britanniques ?

Xavier Trudeau
Марта 14, 2019

Au bout du compte, ajoute-t-il, la situation risque surtout de bénéficier à ceux "capables d'accepter un compromis pour un Brexit doux". Comment allons-nous faire pour passer un week-end à Londres?

La voix fatiguée, devant les représentants de la Chambre des Communes, Theresa May a ainsi déclaré: "Je regrette profondément la décision que cette chambre a prise".

Qu'est-ce que cela signifie?

Quelle que soit l'issu des votes du Parlement ces prochains jours, l'hypothèse d'un report sera rapidement envisagée et discutée dans les couloirs du Conseil européen.

Ce faisant, les députés ont adopté une position plus catégorique que ce que préconisait la Première ministre Theresa May, lui infligeant de la sorte un nouveau camouflet.

Le scénario de la temporisation est le plus probable, ne serait-ce que parce que Theresa May a maintes fois démontré qu'elle savait résister sur la durée aux pressions les plus fortes.

Pour le porte-parole de Donald Tusk, le vote de rejet du Parlement britannique a accru de façon "significative" le risque d'un Brexit sans accord. Si l'option du "no deal" est rejetée, ils voteront à nouveau jeudi, cette fois sur une proposition de report "limité" du Brexit, prévu pour le 29 mars.

L'engagement à réfléchir à un autre Brexit, plus soft que celui de May, pourrait suffire à convaincre les Européens de la bonne volonté britannique. S'il est rejeté, le Brexit sera repoussé à une date beaucoup plus éloignée, à définir avec l'UE.

Le chef du Parti travailliste, principal parti d'opposition, Jeremy Corbyn, avait appelé dès lundi soir à voter contre le texte.

Les députés ont approuvé par un vote de 321 voix contre 278 une motion amendée demandant spécifiquement au gouvernement d'exclure une sortie de l'UE sans accord.

Les "Brexiters" craignent de rester indéfiniment "piégés" dans une union avec l'Union européenne car le "filet de sécurité" implique un alignement étroit de tout le Royaume-Uni sur les règles commerciales européennes en attendant la conclusion d'un accord sur les futures relations. "Il n'y aura pas de troisième chance", avait prévenu le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Mais plusieurs députés tories, dont plusieurs ministres, ont choisi de ne pas suivre les consignes du gouvernement, en s'abstenant ou en votant en faveur de la motion amendée, qui a donc été adoptée.

Mercredi, un groupe de députés devrait proposer un plan alternatif prévoyant de repousser le Brexit jusqu'au 22 mai, avec une série d'accords provisoires avec l'UE jusqu'en 2021.

"Si un délai additionnel était demandé, il faudrait alors qu'on nous explique pour quoi faire [.] Ce ne peut être pour renégocier un accord que nous avons négocié durant de nombreux mois et dont nous avons dit qu'il n'était pas renégociable", a déclaré en écho mercredi le président français Emmanuel Macron.

Cette ouverture n'était cependant pas partagée par tous au sein des instances européennes, alors que les négociateurs de l'UE semblent de plus en plus sceptiques quant à la capacité de la partie britannique à clarifier ses positions.

D'autres rapports

Discuter de cet article