Des dizaines de milliers de jeunes mobilisés partout en France — Climat

Claudine Rigal
Mars 17, 2019

De l'Australie au Canada en passant par l'Europe, des centaines de milliers de jeunes ont fait la grève de l'école vendredi pour reprocher aux dirigeants mondiaux leur inaction face au réchauffement de leur planète.

.

A Lyon, environ 12.000 manifestants selon la préfecture - et 15.000 selon les organisateurs - ont défilé sous une forêt de pancartes. Et un concours de pancartes, là aussi: "sans pétrole, la fête est plus folle"; "si le climat était une banque, on l'aurait déjà sauvé". Certains slogans misaient sur l'humour mais la jeunesse n'a visiblement plus envie de rire, à l'image de ce dernier message: "Le climat n'est pas à prendre au second degré". Juste derrière les deux grandes mégalopoles françaises, c'est Nantes qui a rassemblé le plus de monde. "Les manifestations hors des horaires de cours ont aussi du sens", a estimé le ministre allemand de l'Économie Peter Altmaier.

Grosse mobilisation aussi à Nantes, avec 10.500 participants, Lille (6.200) et Rennes (5.700).

Aux Etats-Unis, la mobilisation a été plus modeste, même si des milliers jeunes ont manifesté à New York, Washington, Chicago, Portland ou encore St. Paul. A Marseille, la police a compté 1300 manifestants, les organisateurs 5000.

New York, Hong Kong, Madrid, Turin, Lisbonne ou encore Stockholm: des manifestations ont eu lieu dans 123 pays ce vendredi.

Ce vendredi, l'organisation " Youth for Climate ", " la jeunesse pour le climat", organise une grève mondiale. 30000 à personnes à Bruxelles et 20000 manifestants à Berlin étaient réunis pour réclamer plus d'actions contre le changement climatique.

Rendez-vous était donné dans plus de 2000 lieux, selon le site du mouvement, FridaysforFuture, avec l'Italie, la France et l'Allemagne en tête de peloton.

" Nous faisons grève pour dire à nos gouvernements de faire leur devoir et de nous montrer des preuves!" "Si un rassemblement se fait, tous unis, jeunes, vieux, ça peut peut-être avoir un impact", espère Odile, qui a "connu Mai 68" avec ses rapprochements entre étudiants et ouvriers. Des preuves que le monde prend les mesures nécessaires pour limiter le réchauffement à un maximum de +2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, comme prévu par l'Accord de Paris.

Idem à Londres, avec plusieurs milliers de jeunes massés devant le palais de Buckingham après un passage par Downing street.

Jeudi, la jeune militante suédoise de 16 ans a même été nominée pour le prix Nobel de la paix.

À Varsovie, c'est au siège du ministère de l'Énergie qu'a fini la marche d'environ 2 000 jeunes. Parmi les manifestants, élèves et étudiants, devenus coutumiers des rassemblements pour le climat, côtoient cette fois-ci leurs aînés, rassemblés sous les étendards des mouvements "Grands-Parents pour le climat", "Teachers for Climate", ou encore des associations de la société civile comme le CNCD.11.11.11, Greenpeace, Natagora, Amnesty International, etc.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL