Des Gilets roses, assistantes maternelles, veulent être reconnues — Carcassonne

Xavier Trudeau
Mars 10, 2019

Samedi matin, les Gilets roses, des assistantes maternelles, manifestaient sur la place Carnot à Carcassonne pour se faire entendre: elles s'opposent à la réforme de l'assurance chômage.

Plus d'un millier d'"assmats" ont manifesté dans 35 villes, un chiffre proche de leur précédente mobilisation début février, a indiqué à l'AFP Stéphane Fustec, conseiller fédéral CGT pour le secteur des services à la personne.

Concrètement, les assistantes maternelles s'inquiètent des conséquences sur leur activité de la volonté du gouvernement de faire 3 milliards d'euros d'économie, en s'attaquant notamment au complément d'activité versé par Pôle Emploi, dont les assistantes maternelles bénéficient. "Il s'agit d'un élément essentiel pour qu'elles disposent d'un revenu tout juste décent", affirme Yannick Bonnafous, pour le syndicat FO, "fort préocuppé par le sort des assistantes maternelles". Gilets roses sur le dos et pancartes brandies, elles ont répondu à l'appel du collectif national des assistantes maternelles pour dire " Non à la réforme du cumul emploi-chômage en cas d'activité réduite ". Blumlhuber "Aujourd'hui, on a deux ou trois contrats, explique Jennifer Nadin, assistante maternelle dans le Val-de-Marne".

"Notre métier, on l'aime et on veut que les politiques le comprennent", ajoute-t-elle, déplorant l'absence de médecine du travail, la formation "à faire sur les jours de repos" et les contentieux fréquents avec les parents-employeurs lorsque les assistantes maternelles ne sont pas "payées en temps et en heure".

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL