Emmanuel Macron "salue" le renoncement d'Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat — Algérie

Claudine Rigal
Марта 12, 2019

La colère des Algériens a-t-elle été entendue? Le président de la république française, actuellement en déplacement en Afrique de l'Est, a par ailleurs appelé à "une transition d'une durée raisonnable".

Le président français s'est exprimé sur la situation algérienne ce 12 mars depuis Djibouti, au lendemain de l'annonce du renoncement d'Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat de chef d'Etat algérien.

Il a ajouté qu'il n'y aura pas d'élection présidentielle le 18 avril, dont le report qui a été réclamé "vient donc pour apaiser les appréhensions qui ont été manifestées afin d'ouvrir la voie à la généralisation de la sérénité, de la quiétude et de la sécurité publique". Ramtane Lamamra, ancien ministre des Affaires étrangères nommé vice-Premier ministre, a annoncé que des élections libres auront lieu avant la fin de l'année, rapporte RFI.

Alors qu'il était en visite à Djibouti, le patron de l'Elysée Emmanuel Macron, a donné son point de vue sur l'actualité politique algérienne. Noureddine Bedoui, ministre de l'Intérieur, a été nommé comme successeur et doit former un nouveau gouvernement. Le chef de l'État a également appelé à "une transition d'une durée raisonnable".

Le projet de Constitution qui émanera de la Conférence sera soumis à un référendum populaire, a-t-il poursuivi, relevant que cette conférence nationale indépendante "fixera souverainement la date de l'élection présidentielle à laquelle je ne serai en aucun cas candidat".

D'autres rapports

Discuter de cet article