Gaïd Salah fait l’éloge du peuple et sa relation avec l’armée

Claudine Rigal
Mars 11, 2019

Après avoir qualifié les manifestants "d'égarés" lors d'un message prononcé à Tamanrasset juste après les manifestations du 22 février, le chef d'état-major de l'ANP évoque, désormais, "une chance" d'avoir un peuple comme celui que possède l'Algérie.

Lors d'un discours prononcé ce dimanche à Rouiba, le Chef d'État-major de l'Armée nationale populaire, le général de Corps d'Armée Ahmed Gaid Salah, a affirmé aujourd'hui que " le peuple et l'armée partagent la même vision de l'avenir ". "Se rejoignent (.) entre le peuple et son armée (.) tous les fondements d'une vision unique du futur de l'Algérie", a-t-il ajouté devant les élèves de plusieurs écoles militaires. Que signifie ce changement de ton qui intervient après un éditorial de la revue El-Djeïchdont il semble qu'il a été rédigé pour "corriger le tir" et tempérer les propos de la hiérarchie militaire dont le premier responsable a paru soutenir le cinquième mandat contre la volonté de la rue?

C'était encore le cas le 11 janvier à Oran quand il défendait le bilan de Abdelaziz Bouteflika, assurant que la stabilité du pays a été "concrétisée grâce à la Charte de la Paix et de la Réconciliation nationale prônée par le président de la République approuvée par l'ensemble du peuple algérien et aux sacrifices colossaux consentis par notre peuple dans toutes ses catégories à travers l'ensemble du pays, à leur avant-garde l'Armée nationale populaire". Après avoir évoqué des "égarés" - terme qui renvoie aux terroristes, avant que la formule ne soit retirée du discours distribué à la presse -, le chef de l'État a également brandi la menace du chaos et promis de sécuriser l'élection présidentielle, clairement rejetée par la rue. Le chef de l'armée avait mis en garde contre des risques d'intrusion de forces qui souhaitaient stabiliser le pays. Il avait pris le parti de ceux qui ont invoqué le risque de voir le scénario syrien, pour dissuader les Algériens de sortir dans les rues.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL