Institut français de Jérusalem. Paris dénonce une intrusion " inadmissible "

Claudine Rigal
Mars 25, 2019

La France a convoqué vendredi le chargé d'affaires israélien à Paris après l'intrusion "grave et inadmissible" des forces de sécurité israéliennes à l'Institut français de Jérusalem afin d'y annuler un événement, a annoncé le ministère français des Affaires étrangères.

" La France entend maintenir et développer les relations denses et anciennes qu'elle entretient avec la société civile palestinienne ", précise le texte en référence à l'événement que les forces israéliennes ont fait annuler: une manifestation culturelle avec des Palestiniennes. Le consulat n'a pas pu confirmer si l'association était effectivement financée par l'Autorité palestinienne, mais des Palestiniennes qui devaient participer à l'événement ont qualifié ces accusations de "mensonge".

Elles ont répété qu'en vertu des accords entre Israël et l'Autorité, toute activité "de nature diplomatique ou gouvernementale" de la part de la direction palestinienne était interdite dans les territoires n'étant pas sous son contrôle palestinien ou se trouvant sous contrôle israélien.

L'évènement était censé se dérouler à Jérusalem-Est, partie palestinienne annexée par Israël.

Après l'intervention de la police israélienne, le consul général de France " s'est rendu immédiatement sur les lieux et a protesté contre l'intrusion dans l'une de nos enceintes appartenant à notre réseau diplomatique et culturel", a indiqué la source diplomatique à l'AFP.

Cet incident intervient alors que l'année dernière, les USA ont reconnu Jérusalem comme étant capitale d'Israël, provoquant une vague d'indignation auprès des Pays Arabes et de nombreux Pays Occidentaux.

"Selon l'ordre des autorités israéliennes affiché sur la porte de l'entrée du bâtiment, le centre culturel devait héberger un événement, organisé avec une association de femmes de Jérusalem, qu'Israël accuse d'être " sponsorisée ou financée par l'Autorité palestinienne " et " sans autorisation ". Deux personnes auraient ensuite été arrêtées, à savoir la directrice de l'association, ainsi qu'une bénévole, venue prêter main forte.

Les participants à l'événement ont démenti cette allégation, a rapporté le Times of Israel, affirmant qu'elle avait été célébrée le jour de la fête des mères et confectionnée par des femmes locales.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL