La capsule Crew Dragon de SpaceX est revenue sur Terre — Mission accomplie

Alain Brian
Марта 9, 2019

La nouvelle capsule Crew Dragon de SpaceX est revenue vendredi sur Terre après six jours dans l'espace, accomplissant sa mission de démonstration pour la Nasa et ouvrant la voie à la reprise des vols habités depuis les États-Unis, pour la première fois depuis 2011. Ou plutôt dans l'océan, au large de la Floride. SpaceX est en passe de raviver le vol spatial habité américain.

"Bon amerrissage de Dragon confirmé!", a annoncé SpaceX. L'astronaute qui séjourne dans la Station spatiale internationale est même montée dans la capsule, le temps d'un message de félicitations en apesanteur. Elle doit maintenant s'amerrir, vendredi en début d'après-midi, dans l'océan Atlantique, près des côtes de Floride.

Il s'agissait de l'étape la plus périlleuse de ce vol d'essai, qui vise à démontrer que l'engin est suffisamment sûr pour accueillir des astronautes.

Le 3 mars, la capsule Crew Dragon mise au point par SpaceX pour la NASA s'est connectée à l'ISS.

Depuis, tous les astronautes américains envoyés dans l'espace ont emprunté des Soyouz. Tôt vendredi matin, allumant brièvement ses propulseurs au-dessus du Soudan, à 410 km d'altitude, elle s'est détachée en douceur. A l'aller, SpaceX n'avait pas diffusé en direct d'images de l'intérieur de la capsule.

Le précédent vaisseau américain, la navette, revenait atterrir comme un avion.

Seul un mannequin stoïque est à bord (baptisé Ripley en hommage à l'héroïne de la série de films "Alien"). Vêtu de la combinaison blanche que porteront les futurs équipages, ce "dispositif de test anthropomorphique" (pour reprendre le jargon des ingénieurs de SpaceX) a été lesté et articulé afin qu'il ait un comportement réaliste en cas de collision.

Elle s'est déroulée sans incident. Crew Dragon s'était amarrée automatiquement dimanche dernier, sans endommager la station spatiale, et les trois membres d'équipage qui l'occupent actuellement ont pu pénétrer dans la capsule. La prochaine fois, si tout va bien, deux astronautes américains y prendront place pour un aller-retour dans l'ISS, avant la fin de l'année, selon l'administrateur de la Nasa.

Après leur retraite, le gouvernement américain s'est tourné, sous Barack Obama, vers SpaceX et Boeing pour développer des taxis pour l'ISS. Pour l'heure, les Américains sont donc contraints d'acheter des sièges.

Les deux systèmes doivent donner à la Nasa deux moyens indépendants, et à un coût inférieur à ce que coûtaient les navettes, d'accéder à l'ISS d'ici 2020. Alors que le monde spatial félicitait SpaceX et la Nasa samedi dernier, Roskosmos a tweeté, le lendemain, des félicitations à la Nasa (pas à SpaceX) mais tenu à souligner que "la sûreté des vols devait être irréprochable", allusion aux objections techniques qu'avaient soulevé les Russes sur la procédure d'approche de Dragon vers l'ISS.

D'autres rapports

Discuter de cet article