La firme de Cupertino sort l'artillerie lourde côté services — Keynote d'Apple

Alain Brian
Mars 31, 2019

Ils ne s'attendent pas à un impact positif des nouveaux services du groupe à court terme. Pour cette nouveauté, Apple n'a pas fait les choses à moitié.

Enfin, Tim Cook a pour ambition de révolutionner la TV en lançant Apple TV+! Les jeux mobiles premium ne sont pas les plus vendus ou les plus lucratifs, en comparaison aux "freemium" (c'est-à-dire les gratuits avec achats intégrés, comme Candy Crush et compagnie), mais c'est un secteur qui manque justement d'une telle offre de catalogue à abonnement pour décoller. Peu convaincu par la conférence de présentation de plus de cent minutes de la nouvelle plateforme de streaming d'Apple ce lundi 25 mars, le quotidien britannique juge qu'Apple TV+ ressemble moins à un rival pour Netflix qu'à un "culte religieux autosatisfait". Comme sur Netflix, il proposera en plus des films et séries, des documentaires.

Il sera disponible à partir de cet automne, dans "plus de 150 pays" dès son lancement.

Et c'est dans les services qu'Apple semble chercher un nouveau souffle: sur les trois derniers mois de 2018, le chiffre d'affaires tiré des services ("cloud", Apple Pay, iTunes, Apple Music.) a affiché une hausse de 19%, à presque 11 milliards de dollars. "Les leviers pour atteindre 78 milliards de dollars de revenus en 2023 sont plus clairs", ajoute-t-il. Rapidement, il s'agit de ce que certains nomment déjà le Netflix de la presse. Après Hulu - entreprise commune entre The Walt Disney Compagny (+ l'ancienne Fox), NBC Universal et Warner Media -, Amazon Prime et Universal (projet encore flou), c'est au tour d'Apple d'entrer dans la cour des grands avec Apple TV +. Au cours de sa première keynote de l'année, Apple a finalement daigné parler de sa plateforme de streaming en développement depuis plusieurs mois.

Au programme: des contenus originaux venus de poids lourds d'Hollywood.

En marge du très surveillé Apple TV+, la firme californienne a aussi tenu à lever le voile sur Apple News+. De même, il faudra prendre son mal en patience pour avoir une idée précise des contenus qui viendront propulser la plate-forme. Nommée Apple Card, elle matérialise l'envie d'Apple de se faire banque.

Le service ne se limitera pas à un type d'appareil en particulier. "Ils viennent pour consommer des séries populaires et puis ils se désabonnent", relève-t-il. Selon la presse, le New York Times et le Washington Post ont refusé d'y participer. Des partenaires majeurs comme The Wall Street Journal sont également annoncés pour enrichir l'offre.

Juste après, un nouveau service Plus a été dévoilé, cette fois-ci pour l'Apple TV. "Nous pensons que le focus du marché va se concentrer sur l'activité de smartphones, qui ralentit" prédit Rod Hall, analyste chez Goldman Sachs.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL