La pollution de l'air tue davantage que le tabac

Claudine Rigal
Mars 13, 2019

Saviez- vous que respirer en zone polluée a des effets plus ravageurs sur votre santé que de fumer une cigarette? Celle-ci pourrait être deux fois plus meurtrière que ce que la communauté scientifique admettait jusque-là: elle provoquerait ainsi 8,8 millions de morts par an dans le monde, dont 67.000 en France.

Dans son rapport annuel publié en octobre, cette dernière jugeait que la pollution de l'air aux particules très fines (PM2,5), au dioxyde d'azote (NO2, émis par les moteurs diesel) et à l'ozone (O3) était responsable en 2015 de 518.000 décès prématurés dans 41 pays d'Europe, et 480.000 dans l'UE.

Résultat: les auteurs de l'étude jugent " urgent " de baisser les seuils d'exposition aux particules fines.

Des chercheurs allemands et chypriotes ont conclu dans leur étude que la pollution atmosphérique était à l'origine de 8,8 millions de décès en 2015, soit près du double de l'estimation antérieure, qui était de 4,5 millions. "Auparavant, on se concentrait sur les risques de cancer liés à la pollution de l'air ou les effets immédiats sur l'appareil respiratoire".

L'étude publiée mardi est essentiellement consacrée à l'Europe, mais ses auteurs ont également appliqué leur méthode de calcul à l'ensemble du monde. A l'échelle mondiale, la Chine paie le plus lourd tribut avec 2,8 millions de morts. Selon les chercheurs, qui ont utilisé de nouvelles données épidémiologiques, la pollution écourte de 2,2 ans l'espérance de vie des Européens et de 1,6 an celle des Français. Dans cette étude parue dans la revue European Heart Journal, ils ont pris en compte la façon dont les gaz atmosphériques interagissent avec les composés chimiques provenant des activités humaines comme l'agriculture, l'industrie, la production d'énergie ou encore les transports. Ils ont ensuite appliqué ces données à un nouveau modèle statistique combinant les taux de mortalité et l'exposition.

Pour la planète, ils ont constaté que la pollution de l'air est responsable de 120 décès supplémentaires par an pour 100.000 habitants. Ce taux est supérieur en Europe (133), bien que les contrôles y soient plus stricts que dans d'autres régions. Les taux de mortalité excédentaire étaient particulièrement élevés dans les pays d'Europe orientale, tels que la Bulgarie, la Croatie, la Roumanie et l'Ukraine, avec plus de 200 par an pour 100 000 habitants. Pour la France, l'estimation est de 67 000 morts, soit un taux de 105 décès pour 100 000 habitants. L'Union européenne a défini le seuil limite de 25 microgrammes de PM2.5 par mètre cube, alors que l'OMS recommande 10 μg/m3: pour ces chercheurs, l'Union devrait s'aligner sur la norme OMS, comme le font déjà les États-Unis, le Canada, l'Australie notamment. "Dans la mesure où la plupart des particules fines et des autres polluants de l'air en Europe proviennent de la combustion des énergies fossiles, il est urgent de passer à d'autres sources d'énergie ", plaide ainsi le professeur Lelieveld.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL