La thèse de la "liste noire" persiste aux Editions de l'Avenir

Xavier Trudeau
Mars 7, 2019

C'est le cas d'Yves Raisière, responsable des pages d'informations générales dans lesquelles sont parus les articles, parfois déplaisants, relatifs à l'affaire Nethys, l'actionnaire des Editions de l'Avenir. "Si les propos de M. Lawson reposent sur une quelconque base solide, la SDR et l'AJP invitent le directeur des rédactions à déposer plainte. Je suis journaliste depuis vingt ans, on sait comment je travaille". "Elle a aussi voté une demande que l'AJP et la SDR soient associées à toutes les négociations qui concernent la rédaction".

C'est la rationalisation des moyens et la réorganisation de la rédaction qui sont avancées par la direction pour son plan d'économie illustré notamment par ces trois départs. "La motion de défiance, votée par une très large majorité du personnel et ensuite reconfirmée, ne repose que sur des arguments strictement professionnels".

Un accord a été trouvé dans la nuit de mercredi à jeudi entre la direction des Editions de l'Avenir et la délégation syndicale CNE-Setca sur la réintégration des trois journalistes visés par des licenciements secs, a annoncé jeudi matin Thomas Lesire, secrétaire permanent Setca Namur.

Des discussions sont en cours à ce sujet entre les syndicats et les représentants des journalistes.

A noter enfin que la SDR organisera ce mercredi avec l'AJP une assemblée générale du personnel pour décider de poursuivre ou non la grève. "Du côté des journalistes de l'Avenir, on goûtait toutefois fort peu l'attitude de la direction qui conditionne désormais le retour du journal dans les kiosques à la conclusion d'un accord définitif, malgré la décision du personnel de reprendre le travail pour deux jours". Il a été précisé que les trois personnes concernées pourraient être réintégrées si elles le souhaitent mais que cela se ferait dans un département décidé par l'employeur. "Cette reprise du travail est liée à la levée du lock out numérique et à la garantie que de telles mainmises sur l'outil de travail des journalistes ne se produiront plus à l'avenir", ajoutent-elles.

Dans le même temps, le journal a pu paraître jeudi et l'accès au site et aux réseaux sociaux a été rétabli, après un long blocage mardi et mercredi.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL