La volte-face d'Agnès Buzyn — Réforme des retraites

Evrard Martin
Mars 20, 2019

Pas de remise en cause des 62 ans, mais des "incitations" à partir plus tard à la retraite.

Agnès Buzyn a donné lundi devant l'Assemblée le top départ de l'examen du projet de loi santé.

A la CFTC non plus, "on ne s'attendait pas à ça", a réagi Pascale Coton, qui participe depuis plus d'un an à la concertation avec le haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye. Après, nous allons mener une réforme des retraites pour rendre les retraites plus universelles, plus compréhensibles pour les Français et avoir un système qui pérennise notre système par répartition; peut-être que cela sera en discussion avec les partenaires sociaux dans le cadre de la réforme générale. Ainsi, Yves Veyrier, patron de Force Ouvrière a constaté: "les masques tombent un peu plus sur les retraites". Agnès Buzyn a précisé qu'elle s'exprimait "à titre personnel ".

Le ministre des Comptes publics Gérald Darmanin a jugé "courageuse" mardi la proposition de sa collègue, assurant que cette piste d'allongement de la durée de travail devait être "étudiée" par le gouvernement. Pour le ministre des Comptes publics, il ne sera pas possible de financer les propositions qui ont émergé du grand débat "sans toucher" à la dépense sociale "composée en très grande partie des retraites".

Pourtant, les dernières prises de parole du gouvernement ne vont pas dans ce sens. L'inefficacité de ces mesures qui éloignerait plus encore les jeunes médecins de l'exercice libéral justifie cette constance d'Agnès Buzyn qui se montre cependant ouverte à quelques initiatives, comme l'idée proposée par un amendement d'imposer pendant l'internat un stage en zone sous dotée.

"C'est important de pouvoir débattre, à force de ne jamais débattre des sujets, on en arrive à des situations de blocage, des situations d'incompréhension et parfois des situations de violence sociale", a mis en garde M. Griveaux, interrogé avec insistance sur la question de l'âge légal de départ.

Une retraite à 65 ans en 2035? Il n'y aura pas de recul de l'âge de départ, c'est un engagement du président de la République. Il a déjà décidé une hausse générale de la CSG début 2018, avant de faire marche arrière pour une partie des retraités, en pleine crise des "gilets jaunes". Le deuxième levier suit la même voie: après la "désindexation" des pensions de base, qui ont moins augmenté que l'inflation cette année, la majorité envisage une "réindexation" en 2020 pour les retraités modestes. Il rappelle sur Twitter que " lors de la séance multilatérale de concertation avec les partenaires sociaux le 10 octobre dernier, [il a] rappelé publiquement que l'âge minimum de départ en retraite sera maintenu à 62 ans. En revanche, la ministre a défendu l'incitation financière pour toute personne souhaitant continuer à travailler après l'âge légal.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL