Le boss de VW s'excuse d'un slogan nazi détourné

Xavier Trudeau
Mars 15, 2019

"C'est lors de cette rencontre que le dirigeant du groupe a tenu des propos polémiques en reprenant un slogan nazi " réaménagé ": " EBIT (eranings before interest and taxes, bénéfices avant déduction des charges) macht frei " tiré de " Arbeit Macht Frei ", un slogan signifiant " le travail rend libre " qui était affiché à l'entrée du camp d'Auschwitz. Du lundi au vendredi, dès 5h45, Pascale de La Tour du Pin vous présente la Matinale entourée de ses chroniqueurs. Mardi soir, Herbert Diess réunissait des centaines de cadres du groupe pour commenter les résultats annuels du groupe. Diess faisait référence à l'Ebit, l'acronyme anglais qui désigne les bénéfices avant impôt.

Herbert Diess s'est excusé après son "choix de mots très malheureux" devant des centaines de cadres du constructeur automobile. "Je voudrais m'excuser sous n'importe quelle forme", a déclaré Herbert Diess.

Dans la deuxième partie de son communiqué, le dirigeant de Volkswagen fait allusion au fait que le constructeur, fondé en 1937 sous l'impulsion d'Adolf Hitler, n'avait pas hésité à utiliser des prisonniers de guerre et des détenus de camp de concentration durant la Seconde Guerre mondiale. Volkswagen a justifié ces mesures par le coût de l'électrification des voitures, sa nouvelle priorité, et de la conduite autonome, ainsi que par des difficultés côté rentabilité.

"L'entreprise part du principe que 5.000 à 7.000 postes disparaitront d'ici 2023 en raison de l'automatisation de tâches de routine", a indiqué VW mercredi dans un communiqué, précisant que la réduction se fera par le non-remplacement de départs à la retraite. Le contexte du Brexit et l'incertitude sur la suite des événements ont aussi pesé dans la décision du groupe.

"Dans notre industrie on a besoin d'une marge entre 5% et 6%, sinon on ne peut pas affronter la transformation", a noté mercredi matin, le directeur financier Arno Antlitz.

Des réductions de postes qui s'ajoutent à un programme de restructuration déjà en cours, lequel prévoit, d'ici 2020, un solde de 21 000 suppressions de postes dans le monde et plus de trois milliards d'euros d'économies.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL