Le Congrès inflige un sérieux camouflet à Trump sur son mur frontalier

Claudine Rigal
Mars 14, 2019

Donald Trump avait aussi tenté de justifier la constitutionnalité de sa décision de recourir à cette mesure d'exception pour obtenir quelque huit milliards de dollars pour le mur. Le Sénat américain, contrôlé par les républicains, a rejeté lors d'un vote final ce jeudi le financement d'urgence du mur que construit Donald Trump à la frontière mexicaine, infligeant un cuisant revers au président, qui a immédiatement promis sur Twitter d'opposer le premier veto de la présidence à ce vote. Au moins une douzaine de sénateurs républicains ont voté avec les démocrates pour une résolution, déjà adoptée par la chambre basse le 26 février, qui proclame que "l'urgence nationale déclarée par le président le 15 février 2019 (.) est par la présente annulée".

Cependant, pour plusieurs sénateurs républicains, ce vote ne se limitait pas à la construction d'un mur à la frontière, mais en était aussi un sur la Constitution elle-même.

En cas de veto, le Congrès américain dispose du pouvoir de passer outre, mais il faut pour cela un vote à la majorité des deux tiers.

Le Sénat américain a voté jeudi en faveur d'une résolution annulant la procédure d'urgence nationale décrétée par le président Donald Trump, qui lui permettait de débloquer des fonds pour la construction d'un mur à la frontière avec le Mexique. "La frontière sud est un cauchemar humanitaire et pour la sécurité nationale", avait-il encore tweeté dans la matinée.

Le débat n'est pas théorique: c'est parce qu'ils estiment qu'il a piétiné, avec cette mesure, les pouvoirs du Congrès que 12 sénateurs républicains ont soutenu la résolution démocrate.

Le sénateur et ex-candidat à la présidentielle en 2012, Mitt Romney a notamment décidé de voter avec les démocrates "en faveur de la Constitution".

Depuis des semaines, Donald Trump tentait de convaincre les sénateurs républicains de l'appuyer sur la déclaration d'urgence, soulignant les dangers d'une immigration non contrôlée et affirmant que les sénateurs en faveur de l'augmentation de la sécurité aux frontières devaient se ranger derrière lui. Leur bras de fer avait précipité les Etats-Unis dans la plus longue paralysie budgétaire de leur histoire, pendant 35 jours entre décembre et janvier.

Il s'agit d'un sérieux revers pour le Président américain, des élus républicains s'étant joints aux démocrates pour approuver le texte par 59 voix contre 41.

Les rebelles républicains étaient notamment motivés par leur colère face à la réaction tiède de Donald Trump après l'assassinat à Istanbul du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en octobre 2018, par un commando venu de Ryad. Donald Trump a, là aussi, prévu de la bloquer par un veto.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL