Le Mans: affrontements entre forains et forces de l'ordre [vidéo]

Claudine Rigal
Mars 25, 2019

Entre 300 et 500 personnes se sont donné rendez-vous dans le centre de la commune sarthoise avant d'être repoussées par les gendarmes mobiles positionnés autour de l'hôtel de ville.

Le départ lundi du gouvernement de Nathalie Loiseau pour mener la liste de La République en marche (LREM) donne un coup d'accélérateur à la campagne des européennes, dont les principaux protagonistes sont désormais connus.

Au terme d'une demi-heure de bataille rangée avec les gendarmes, la place de la mairie baignait dans une épaisse fumée noire et un nuage de lacrymogène. Vers 11 heures, comme ils l'avaient déjà fait vendredi soir, une centaine de manifestants ont envahi la gare du Mans. "Rien ne saurait justifier les exactions commises ce matin au Mans (.) Soutien aux policiers et gendarmes mobilisés".

La municipalité a fait une seconde proposition: "En plus de la fête foraine lors de la foire du Mans, le Maire et la Municipalité s'engagent à permettre tous les aménagements possibles (mobilité, aménagements urbains etc.) afin de faire de la fête foraine du Panorama une grande fête foraine de la ville du Mans". Ils ont aussi placé un camion en travers de la chaussée devant un tunnel bloquant l'accès à l'hypercentre.

"On ne demande pas de subventions, on ne demande pas un euro, on demande le droit à travailler et à donner du plaisir à vos enfants", a déclaré à l'AFP Norman Bruch, du syndicat des forains Cidunati. Un manifestant a été blessé dans les affrontements à la jambe. "Si on enlève votre salaire du jour au lendemain, vous ne seriez pas content", a souligné le patron des forains.

"On veut régler l'avenir de la fête foraine pour signer un compromis, on est prêt à renégocier", a assuré ce forain. "Ils ont toute ma confiance", a réagi Christophe Castaner.

A la suite d'un conflit entre les forains et la mairie (PS), la traditionnelle fête foraine des Rameaux a été annulée cette année, décision qui a fortement déplu aux forains et causé ce mouvement de colère. Avant d'ajouter: "On va faire un courrier avec deux enveloppes, à Emmanuel Macron et Édouard Philippe, et demander une table ronde".

"Les syndicalistes du Cidunati (syndicat des forains, NdlR) ont perdu la raison". Les forains ont ensuite peu à peu quitté le centre-ville. "Nous ne pouvons pas tolérer de telles violences ", a souligné Stéphane Le Foll. Assis en bordures de voies, ils ont bloqué la circulation des trains, agitant un drapeau tricolore et arborant des panneaux sur lesquels était écrit "c'est la fête" ou "je ne veux pas perdre ma vie à la gagner". La SNCF a annoncé un retour à la normale à 14 heures.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL