Les députés autorisent les pharmaciens à délivrer certains médicaments sans ordonnance

Evrard Martin
Mars 15, 2019

En octobre, l'Assemblée nationale rejetait un amendement de la députée La République en marche (LREM) Delphine Bagarry qui proposait, sous forme expérimentale, d'autoriser les pharmaciens à délivrer certains médicaments dans le cas de soins d'urgence non-programmés. Il pourrait alors concerner des médicaments comme ceux contre la cystite (infection urinaire), les angines, les gastro-entérites ou encore la conjonctivite.

Fini le passage chez le médecin pour se voir prescrire certains médicaments. Il "vise à permettre aux pharmaciens [.] de délivrer selon [un] protocole mis en place par la Haute autorité de santé des médicaments dont la liste serait fixée par arrêté dans le cadre de pathologies bénignes du quotidien", a expliqué le député devant la commission des Affaires sociales.

Autre condition avant l'application de l'amendement: "une formation ad hoc des pharmaciens sur ces dits protocoles" et "un lien obligatoire réalisé auprès du médecin traitant", selon le rapporteur.

Un amendement du rapporteur Thomas Mesnier (LREM) a été adopté en ce sens. Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé estime qu'il est certes "important de réussir à avancer sur le sujet" mais exprime des "réserves".

Médecins et pharmaciens vont devoir trouver un terrain d'entente autour de cette mesure. "Il n'est pas question de faire le diagnostic à la place du médecin" rassurait ainsi Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine (USPO), reçu en février 2019 par le Magazine de la santé, mais bien de permettre aux patients d'accéder à des traitements simples quand le médecin n'est pas disponible.

Aidez-nous à améliorer notre site en répondant à notre questionnaire.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL