Les députés voteront-ils pour un report du divorce avec l'UE — Brexit

Xavier Trudeau
Mars 14, 2019

Depuis le nouveau rejet aux Communes de l'accord de retrait sur le Brexit, Bruxelles s'emploie à faire monter la pression sur le gouvernement britannique.

Le vote organisé jeudi après-midi constitue le troisième épisode parlementaire d'une semaine cruciale pour le pays qui, après avoir voté en juin 2016 pour quitter l'Union européenne, ne parvient pas, près de trois ans plus tard, à se décider sur les conditions de ce départ. Dans le cas contraire, il faudrait reporter la date au delà du 30 juin, la motion précisant que le pays devrait alors organiser des élections pour le parlement européen en mai.

Lors d'un vote sans valeur juridique contraignante mais à forte valeur politique, "le Parlement britannique a infligé une nouvelle défaite à Theresa May" ce mercredi 13 mars, par 312 voix contre 308, note The Guardian. "Les députés ont rejeté toute sortie de l'Union européenne sans accord, peu importent les circonstances", indique The Daily Telegraph.

Elle va proposer jeudi 14 mars aux députés de voter une troisième fois sur ce texte qu'ils ont déjà retoqué à deux reprises.

S'exprimant devant les parlementaires, Theresa May les a invités à approuver l'accord de sortie de l'Union négocié avec Bruxelles afin de pouvoir obtenir une "courte prolongation technique" de l'article 50, faute de quoi le Brexit pourrait ne pas intervenir avant longtemps.

La Commission européenne a, quant à elle, déclaré que c'est aux dirigeants de l'Union européenne d'examiner toute demande britannique de report du Brexit, avec pour priorité d'assurer le bon fonctionnement des institutions communautaires. Je recommande qu'on ne sous-estime pas les conséquences " d'un " no-deal " (soit pas d'accord). Grand pourfendeur du multilatéralisme, M. Trump a plusieurs fois vanté les mérites d'un Brexit dur par le passé. ", a-t-il tweeté jeudi".

Le Royaume-Uni devra se positionner clairement sur le type de relation post-Brexit qu'il veut bâtir avec l'UE, pour que celle-ci puisse se prononcer sur un éventuel report de la date du divorce, a souligné mercredi le négociateur en chef de l'UE Michel Barnier.

De nombreux députés du Labour se sont abstenus de voter sur cet amendement, conformément à la consigne du parti, en contradiction avec l'annonce faite en février par Jeremy Corbyn que le Labour allait " déposer ou soutenir " un amendement favorable à un second référendum.

Cela ne l'a pas empêché, dans la soirée, d'affirmer qu'un nouveau référendum demeurait une " option réaliste pour sortir de l'impasse", provoquant une bronca à la Chambre des communes.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL