Manifestations en Algérie : le Maroc réagit !

Claudine Rigal
Mars 17, 2019

Le Maroc est aussi accusé de collusion avec la France pour interférer sur la crise algérienne.Ce samedi 16 mars, Nasser Bourita, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération internationale du Maroc a vivement dénoncé les allégations faites à l'encontre de son pays.

"Dans ce sillage, le chef de la diplomatie marocaine a qualifié certaines informations rapportées par des médias, qu'il ne précise pas, de " propos fallacieux " et de " positions dénuées de tout fondement ".

"5. Le Maroc n'a ni à se mêler des développements internes que connait l'Algérie, ni à les commenter de quelle que manière que ce soit".

Le ministère marocain des Affaires étrangères s'acharne contre ces médias qui "ne lésinent sur aucun subterfuge, citant tantôt de prétendues sources anonymes au ministère, tantôt des sources proches de la diplomatie ou encore de soi-disant experts", en omettant de signaler que Rabat est passé maître dans la manipulation et la désinformation dont il se plaint aujourd'hui. Cette structure présumée serait composée notamment d'agents du renseignement américains et marocains, d'après l'article de l'analyste iranien paru dans le quotidien libanais Al Binaa et repris, depuis, par une partie de la presse arabe ou algérienne.

"Le Maroc rejette, également, avec force, l'allégation mensongère de coordination avec d'autres pays, notamment la France, sur les évènements en Algérie". Aucun contact n'a été établi avec Paris, ni avec aucun autre pays d'Europe ou d'ailleurs, à ce sujet.

Le Maroc et l'Algérie, deux poids lourds du Maghreb, entretiennent des relations sous tension récurrentes, rattachées, en grande partie, au dossier saharaoui. Des assurances assorties, le plus souvent, de l'expression de bons sentiments d'amitié ou de voisinage qui les animent à l'égard de ce pays.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL