Record de ventes mais déficit en chute libre — DNCG

Solenn Plantier
Mars 14, 2019

Parmi les 20 clubs de Ligue 1, il y en a 15 qui ont affiché des bénéfices à la fin de l'exercice 2017/18, tandis que la Ligue 2 en a compté 14.

Pourtant, les clubs n'ont jamais autant vendu de joueurs, puisque les plus-values sur les. Les droits TV avec 37,4 millions représentent plus de la moitié du produit d'exploitation du FCGB (67,9 millions) alors que la rémunération du personnel (59,5 millions) est, de loin, la première charge d'exploitation (107,5 millions en tout). Comme le révèle L'Equipe, les clubs des deux championnats cumulent 176 millions d'euros de pertes, contre 101 en 2016-2017 et 0 la saison d'avant.

Mis en place au début des années 2010, le fair-play financier interdit aux clubs engagés en compétitions européennes de dépenser plus qu'ils ne gagnent par leurs propres moyens, dans la limite de 30 millions d'euros de déficit sur trois saisons. Avec un chiffre d'affaires et des plus-values record en matière de transferts, les clubs de Ligue 1 et Ligue 2 sont "au sommet d'une vague (mais) il faut préparer un futur qui pourrait être plus compliqué", a lancé Jean-Marc Mickeler, président de la DNCG.

À l'opposé, Marseille (- 78,584 M€) et Bordeaux (- 21, 099 M€) sont dans le rouge. Enfin, Lille affiche un inquiétant - 141,898 M€ mais la DNCG précise que la situation s'est assainie depuis la recapitalisation à hauteur de 142 M€. Mais certains clubs français ont perdu beaucoup d'argent. Selon lui, 248 mutations ont été réalisées pour un montant total de 1,6 milliard d'euros (840 M EUR pour la seule Ligue 1), dans lequel le Paris SG a pris "une part très significative". Il s'agit des transferts de Kylian Mbappé (Monaco) et de Neymar (Barcelone) au PSG, d'Alexandre Lacazette (Lyon) à Arsenal, ainsi que des Monégasques Benjamin Mendy et Bernardo Silva à Manchester City.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL