Une fusillade dans deux mosquées fait plusieurs victimes — Nouvelle-Zélande

Claudine Rigal
Mars 15, 2019

Au moins quarante personnes ont été tuées dans des attentats contre deux mosquées du centre-ville de Christchurch. Les fusillades sont l'œuvre d'un "terroriste extrémiste de droite, violent", a dit Scott Morrison.

Selon les premières informations, on compterait plusieurs blessés et victimes, " un acte de violence sans précédent ", a affirmé la première ministre Jacinda Arden lors d'un point de presse. En outre, une vingtaine de personnes ont été grièvement blessées.

La police a annoncé avoir déjà arrêté quatre suspects en lien avec les fusillades, trois hommes et une femme. Le nombre de morts est "significatif ".

"Les décès, pour ce que nous en savons, sont survenus dans deux endroits, une mosquée sur Deans Avenue et une autre mosquée sur Linwood Avenue ", a témoigné un commissaire de police.

Les attaques ont été menées au moment de la prière du vendredi, alors que les mosquées étaient remplies de fidèles.

Les médias locaux parlent de vendredi noir. Les forces de l'ordre avaient imposé un bouclage du centre-ville avant de lever les mesures quelques heures plus tard. "La police répond au maximum de sa capacité pour affronter la situation, mais les risques restent extrêmement élevés". Ceux-ci sont ressortis indemnes. En prenant la fuite, il a vu sa femme morte devant la mosquée.

En milieu d'après-midi, la police a révélé qu'un suspect, dont l'identité n'a pas été communiquée, avait été appréhendé près des lieux des attaques, mais a indiqué qu'un autre assaillant pourrait encore être en liberté dans la ville. "J'avais des corps partout sur moi ", a-t-il confié.

Un témoin a raconté à Radio New Zealand qu'il avait entendu des coups de feu et vu quatre personnes gisant au sol, "avec du sang partout". Les autorités s'attellent à la faire supprimer et demandent qu'elle ne soit pas partagée.

Dans cette vidéo, un homme se présente comme un Australien de 28 ans.

La police a fait état de " morts multiples " dans les attaques contre deux mosquées.

"Il n'y a pas la place en Nouvelle-Zélande pour des actes de violence aussi extrême et sans précédent", a encore martelé la cheffe du gouvernement. Les services de sécurité australiens se penchent sur les liens possibles entre l'Australie et cette attaque, a-t-il précisé en offrant tout son soutien à la Nouvelle-Zélande.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL