Vivendi n'est plus actionnaire d'Ubisoft

Xavier Trudeau
Mars 6, 2019

Devant la levée de boucliers et les diverses démarches engagées par les dirigeants (la famille Guillemot, parmi lesquels Yves Guillemot, le PDG) et les employés d'Ubisoft, Vivendi n'a eu d'autre choix que de capituler en mars 2018, vendant l'essentiel de ses actions.

Le groupe détenait avant son désengagement plus de 27% du capital d'Ubisoft.

Un rapport de force public s'était ainsi installé entre les deux entités, et au final, c'est Ubisoft qui en est sorti vainqueur, en récupérant toutes les parts que possédait Vivendi. Mais ce dernier et ses équipes dénonçaient une " prise de contrôle rampante " de la part de la multinationale.

C'est donc la fin d'un feuilleton qui aura tenu en haleine le petit monde du jeu vidéo français pendant plus de trois ans, depuis l'entrée de Vivendi au capital d'Ubisoft en octobre 2015.

Vivendi a annoncé mardi avoir cédé le reliquat de sa participation dans Ubisoft, portant au total à 1,2 milliard d'euros sa plus-value à l'issue de son aller-retour au capital de l'éditeur français de jeux vidéos.

Vivendi a vendu, comme prévu, le solde de sa participation dans Ubisoft (5,87 % du capital) pour un montant de 429 millions d'euros, représentant une plus-value comptable de 220 millions d'euros.

Vivendi, qui détient l'éditeur de jeux pour mobiles Gameloft, "confirme" malgré tout "son intention de continuer à se renforcer dans les jeux vidéos", a-t-il souligné dans son communiqué.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL