12 cas de cancers pédiatriques recensés dans une même commune — Loire-Atlantique

Evrard Martin
Avril 4, 2019

Ce nombre de cancers est deux fois plus élevé que dans le reste de la France.

Ces trois derniers cas n'ont pas encore été officiellement déclarés par l'Agence régionale de santé (ARS) des Pays de la Loire, à qui le collectif a transmis ces informations. Après plusieurs mois d'investigations, l'ARS confirme l'existence d'un "cluster" de cancers.

Ces travaux avaient " conclu à un excès de cas de leucémies sur 2 ans parmi les enfants de moins de 15 ans, par rapport aux données observées au cours des années précédentes sur ce même secteur", indique l'ARS Pays de la Loire.

Selon eux, "on ne peut rien mettre de côté, même si on sait que des causes environnementales ne sont pas à exclure ". En effet, cette petite ville située en zone rurale, ne présente pas d'établissements ou d'industries associés à des risques d'accidents majeurs. Mais le premier signalement date d'avril 2017: six cas de cancers pédiatriques, dont quatre cas de leucémies aiguës, avaient fait l'objet d'une investigation.

Le 25 février dernier, elle a ensuite reçu "un signalement de la part d'un particulier, concernant trois cas de cancers pédiatriques, dont deux leucémies aiguës".

Alors que Santé publique France a été saisie pour une étude épidémiologique afin d'élucider les neuf cas de cancers pédiatriques à Sainte-Pazanne, en Loire-Atlantique, trois nouveaux cas viennent s'ajouter à ce chiffre.

Organisé en un collectif nommé "Stop aux cancers de nos enfants", les parents de Sainte-Pazanne exigent des réponses, des explications, des études scientifiques.

Une autre maman, dont le fils de 11 ans est décédé, témoigne: " On s'interroge, forcément, sur ce qu'on mange, les perturbateurs endocriniens, les produits d'entretien de la maison.

En attendant les premiers résultats de l'enquête de l'agence nationale Santé publique France, une réunion publique se tiendra à Sainte-Pazanne le 4 avril en présence de l'ARS, du collectif et de la mairie.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL