C'est bientôt fini, les pénuries — Ciment

Xavier Trudeau
Avril 22, 2019

En plus d'augmenter la production de ciment, il permettra de créer plus de 500 emplois directs au Gabon.

Malik Sefrioui (vice-président du groupe), Salim Kaddouri (directeur général régional) et Alain Ayoune Origuinowet (directeur général adjoint pays) ont donc rencontré le chef du gouvernement aux fins de lui faire part de la mise en pratique imminente de leur ambition de valoriser la production nationale qui reste toujours déficitaire au regard de la demande. En un mot, il a été question du démarrage de l'usine de traitement de clinker de Ntoum.

La Cimaf Gabon va investir pas moins de 100 millions d'euros, soit plus de 65,6 milliards de francs CFA, pour la mise en activité de sa nouvelle usine de traitement de clinker de Ntoum.L'annonce a été faite, jeudi, par les responsables du groupe marocain lors d'une audience avec le Premier ministre, Julien Nkoghe Bekalé (voir photo).

La CIMAF compte répondre efficacement à la forte demande exprimée ces dernières années en matière de ciment. De quoi éviter les pénuries, en même temps que le recours aux importations. De quoi satisfaire les besoins sans cesse croissant du marché gabonais alimenté tant par les entreprises du BTP que par les particuliers. Des mesures qui devront prendre effet dans les tout prochains mois.

Actuellement, le marché national n'offre que 600 000 à 650 000 tonnes de ciment environ.

Cimaf, à travers le projet, projette la construction d'un broyeur de 250 000 tonnes qui va porter la capacité actuelle de l'usine à 850 000 tonnes, pendant que celle de CimGabon, société acquise par l'entreprise, est estimée à 200 000 tonnes. L'entreprise assure que la majorité des employés seront des nationaux.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL