Découvrez la première image d'un trou noir en direct

Alain Brian
Avril 10, 2019

Le domaine de l'astrophysique est sur le point de réaliser une avancée significative.

La fin du suspense approche: les astronomes du projet Event Telescope Horizon (ETH) vont présenter cet après-midi à 15h le résultat d'une observation croisée visant à capturer l'image d'un trou noir, une première dans l'histoire de l'astronomie. La réponse ce mercredi 10 avril à 15 heures.

Mais en combinant huit télescopes repartis sur le globe, l'EHT est parvenu à créer un télescope virtuel d'environ 10.000 km de diamètre, proche de la taille de la Terre. Les chercheurs attachés à ce projet ont collecté les premières données en avril 2017 grâce à un réseau mondial de télescopes reliés en interférométrie, et situés en Arizona, à Hawaï, au Mexique, au Chili, en Espagne, en Antarctique, en France et au Groenland.

L'EHT a pris pour cible deux trous noirs supermassifs. Le premier, indique Reuters, appelé "Sagittaire A*", est situé au centre de notre galaxie, la Voie lactée, et sa masse est quatre millions de fois celle du soleil. Alors tout le monde, et la communauté scientifique en tête: à quoi peut bien ressembler un trou noir en vrai?

La science en a identifié deux types. A défaut d'observer un trou noir, les astronomes cherchent depuis des années à identifier le pourtour d'un monstre grâce à ces phénomènes se déroulant en limite. Cela a influencé la croyance populaire qu'il s'agirait d'une sphère sombre entourée d'un anneau lumineux ou d'un croissant de lumière.

En outre, nous pourrions clairement voir les effets dus à l'immense gravité d'un trou noir.

Les trous noirs déforment tout, y compris le temps et l'espace. On ne peut donc pas directement les observer. Il estime que les images ainsi capturées par l'EHT devraient être assez floues, ce qui s'explique par le fait que même Sagittarius A*, qui est pourtant supermassif, " est en réalité très petit dans le ciel ". Deux des théories les plus remarquables sur les trous noirs proviennent des physiciens Albert Einstein et Stephen Hawking. Il déclare: " Si j'étais un parieur, je dirais que les résultats ne contrediront pas la relativité générale ".

Nous vous proposons de suivre ci-dessous celle qui se tiendra au siège de la Commission européenne à Bruxelles dès 15 heures.

D'autres rapports CampDesrEcrues

Discuter de cet article

SUIVRE NOTRE JOURNAL